L’équipe féminine de la Corée affrontera l’équipe féminin de hockey de Gaiters de l’Université Bishop’s, ce samedi, à l’aréna Jane et Éric Molson, à compter de 14 h 30.

Les Gaiters affronteront l’équipe nationale de la Corée

De la visite plutôt rare sera de passage samedi à l’aréna Jane et Eric Molson de l’Université Bishop’s, lorsque l’équipe féminine nationale de hockey de la Corée affrontera l’équipe féminine des Gaiters de Bishop’s lors d’un match hors-concours.

Cette formation, qui regroupe des hockeyeuses de la Corée du Nord et du Sud, est la même qui a pris part aux Jeux olympiques de Pyeongchang, il y a deux ans. Elle affrontera quelques équipes au Québec et en Ontario, afin de parfaire sa préparation en vue des Championnats mondiaux de hockey de 2020, au Canada (Halifax et Truro).

La Corée est dans la division 1B.

Cet affrontement hors-concours fait partie des matchs préparatoires à l’horaire de l’équipe féminine des Gaiters, qui se retrouvent sans ligue, cette année.

Il débutera à 16 h 30.

Les Gaiters ont évolué au sein de l’ACHA (American collegiate hockey association) au cours des deux dernières années, et l’université anglophone attend toujours une réponse pour sa demande de joindre les rangs du hockey universitaire canadien (USPORTS), décision qui devrait être connue début décembre.

« Nous ne sommes pas de retour dans l’ACHA cette année. En fait, en faisant le calendrier avec les autres équipes, aucune d’elles ne voulait se déplacer ici. On était en division 2, dans l’ACHA, mais on était trop fortes pour eux. On a fait, et obtenu, notre demande pour accéder à la division 1, mais encore là, personne ne voulait se déplacer. C’est une ligue où les programmes n’ont pas de gros budgets, où plusieurs joueuses n’ont même pas de passeport. Sans compter que l’équipe la plus près était à quatre heures de route (l’Université du Massachusetts) », a dit Dominic Desmarais, l’entraîneur-chef des Gaiters.

« Et tout juste avant le début de l’actuelle saison, la ligue a fait passer un règlement interdisant l’utilisation de joueuses de 17 ans. Nous en avons cinq, dans notre équipe, dont nos deux gardiennes. Ça devenait encore plus difficile. »

Devant cette situation, Dominic Desmarais a passé son été à concocter un semblant de saison pour ses filles.

Il a finalement réussi à boucler 25 rencontres, contre des formations universitaires canadiennes, ou contre la formation féminin de Stanstead ou celle de l’Université Norwich, au Vermont.

L’affrontement face à l’équipe nationale de la Corée offrira un peu d’inconnu à son équipe, croit-il.

« C’est un match que l’on a programmé l’an passé. Les organisateurs de cette formation nous ont contactés, et on a dit oui immédiatement. On ne sait pas trop à quoi s’attendre. J’ai regardé quelques vidéos sur YouTube, mais c’est tout ce que j’avais. On sait que ce sont de bonnes patineuses, rapides, et leur style de jeu est très différent du nôtre. »

« Quand même, c’est une équipe nationale, une équipe qui s’entraîne chaque jour. On s’attend donc à un bon défi. »

Cette équipe de hockey formée de 12 joueuses de la Corée du Nord et de 23 de la Corée du Sud a unifié le pays le temps des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Elle est dirigée par Sarah Murray, la fille de l’ancien entraîneur-chef dans la LNH et de l’équipe nationale canadienne Andy Murray.

« On était à la recherche de défis, et ce match sera intéressant en ce sens. Même si la Corée est en division 1B, elles connaissent l’excellence, et c’est de ça que l’on veut jaser avec nos joueuses », a poursuivi Dominic Desmarais.

Ce dernier indique qu’il est toujours en attente d’une approbation définitive de la direction de Bishop’s quant à l’entrée de l’équipe féminine de hockey au sein de USPORTS.

« Ma motivation n’a pas baissé ou diminué. On parle de hockey à Bishop’s comme jamais. Je suis vraiment confiant qu’on aura une réponse positive. Mais en attendant, il faut suivre la procédure. »

Si la demande de Bishop’s est acceptée, l’équipe joindrait les rangs du RSEQ, la conférence Québec de USPORTS, pour la saison 2020-21.