Les élus trancheront bientôt concernant les vieux matelas

SHERBROOKE - Les élus trancheront cet automne à savoir si les matelas et les divans pourront à nouveau être acceptés dans les écocentres. Les résultats du projet pilote mené l'an dernier seront alors déposés au conseil municipal. Le conseiller Pierre Avard, vice-président de la Régie de récupération de l'Estrie, croit qu'il est nécessaire de rétablir un mode de récupération de ces encombrants.

L'an dernier, le projet de récupérer sans frais les matelas et les divans dans les écocentres devait durer 16 semaines. Il avait finalement été prolongé en raison du succès obtenu. Il visait à évaluer le nombre d'unités reçues, les coûts de gestion de ces résidus et à proposer des modifications aux infrastructures des écocentres si nécessaire. 

La Ville notait l'an dernier, avant le projet pilote, être aux prises avec des dépôts sauvages, c'est-à-dire que les citoyens abandonnaient les gros rebuts dans des endroits inappropriés.

« Il semble qu'une entreprise pourrait nous permettre de récupérer les matelas et les divans. Le programme pourrait reprendre bientôt. C'est pertinent parce que, quand on se promène dans les rues au moment des collectes spéciales, on voit beaucoup de matelas », dit Pierre Avard.

M. Avard estime qu'il y a des coûts importants à ne pas récupérer les matelas. « Concrètement, ça prend beaucoup de place dans les sites d'enfouissement et je dis à la blague que de ne pas les récupérer, c'est de l'argent qui dort. Il y a beaucoup de choses récupérables dans un matelas et ça coûte quelque chose à la Ville de les envoyer à l'enfouissement. C'est probablement une équation qui nous sera présentée cet automne. »

À la Ville de Sherbrooke, on confirme que le programme sera rendu permanent ou aboli, mais que le projet pilote a pris fin.