Les écoles primaires de la Commission scolaire Eastern Townships (CSET) ouvriront mercredi prochain, le 13 mai.
Les écoles primaires de la Commission scolaire Eastern Townships (CSET) ouvriront mercredi prochain, le 13 mai.

Les école de la CSET ouvriront le 13 mai

Isabelle Pion
Isabelle Pion
La Tribune
Les écoles primaires de la Commission scolaire Eastern Townships (CSET) ouvriront mercredi prochain, le 13 mai. C’est ce qui a été décidé par les commissaires, mardi soir. Jusqu’ici, le taux de fréquentation de la CSET s’élève à 34 %. Des écoles se retrouvent tout de même à l’étroit. L’organisation scolaire est en pourparlers avec des municipalités pour l’utilisation de certains bâtiments municipaux.

Le casse-tête pour trouver de l’espace est grand à Drummondville, mais la commission scolaire a aussi des défis à relever à Sherbrooke et à Granby. 

À LIRE AUSSI: Écoles anglophones: pas à elles de décider des dates de réouverture, dit Québec

Les taux de fréquentation varient tout de même d’un endroit à l’autre; dans certains milieux, il s’élève à 80 %. 

« Pour les écoles où le taux de fréquentation est trop élevé, on est à la recherche d’espace à l’extérieur de nos bâtisses. Ça prend des négociations. Il ne suffit pas de mettre la clé dans la porte et d’ouvrir. L’un des exercices les plus complexes, c’est de reconfigurer les trajets d’autobus avec une douzaine d’élèves, alors qu’habituellement il y en a une cinquantaine », commente le président de la Commission scolaire Eastern Townships, Michael Murray. 

Il note qu’il n’y a pas que dans les écoles que l’organisation est complexe : dans les services de garde également.

La CSET compte environ 3000 élèves au primaire répartis dans 20 écoles. L’organisation se déploie sur un immense territoire, qui s’étend de Drummondville à Richmond, en passant par Granby et Sherbrooke, notamment. 

Selon M. Murray, les commissaires ont établi des conditions pour la réouverture des écoles, dont la disponibilité du personnel et la possibilité d’offrir le transport.

La semaine dernière, l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec avait fait savoir que ses commissions scolaires ouvriraient les écoles à compter du 11 mai seulement si les conditions étaient réunies. 

La CSET jonglait aussi avec la possibilité de repousser la date d’ouverture après le 11 mai. 

Québec a toutefois fait savoir que les commissions scolaires n’avaient pas le pouvoir légal pour agir de la sorte. En assemblée mardi soir, la CSET a fixé la date de la rentrée à mercredi. 

Contrairement aux commissions scolaires francophones, où le mandat des élus scolaires a été aboli en février, les élus scolaires des commissions scolaires anglophones sont toujours en poste.

Récemment, on apprenait que la création des conseils d’administration qui doivent remplacer les conseils des commissaires dans les nouveaux centres de service a été reportée. Ces conseils d’administration seront formés au plus tard en octobre 2020. 

La direction générale doit assumer les fonctions et les pouvoirs jusqu’au 15 octobre 2020, de la même façon qu’elle les exerce depuis la sanction de la loi. 

Par ailleurs, les commissions scolaires ont reçu une note, lundi soir, les autorisant à décaler la rentrée sur trois jours.

À la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), l’organisation avait déjà soulevé la possibilité d’un délai de quelques jours pour quelques groupes classes. Le taux de fréquentation est de 67 % (en fonction du nombre de réponses reçues), et donc supérieur à ce qui était attendu par le ministère de l’Éducation, soit autour de 50 %. Un peu plus de 8000 élèves sont attendus à compter de lundi.