Le calendrier de la chasse a été revu et simplifié, à la demande des chasseurs. Les engins autorisés pendant chacune des périodes de chasse ont aussi été harmonisés.
Le calendrier de la chasse a été revu et simplifié, à la demande des chasseurs. Les engins autorisés pendant chacune des périodes de chasse ont aussi été harmonisés.

Les chasseurs pourront ramener deux chevreuils

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Les chasseurs du cerf de Virginie devront apprendre à pratiquer leur activité en suivant les modifications importantes apportées à la réglementation, notamment en Estrie.

Ces nouveautés sont présentées dans le nouveau plan de gestion 2020-2028 du cerf de Virginie élaboré par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP).

« L’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de gestion sont l’occasion de faire le point sur la situation d’une espèce et de redéfinir, au besoin, les actions pour assurer la gestion la plus optimale possible des espèces et de leurs habitats et favoriser leur mise en valeur, au bénéfice des Québécois, tant les chasseurs, les fermiers que les automobilistes. Les plans de gestion précisent les objectifs en matière faunique, déterminent les enjeux relatifs à l’espèce et proposent des actions et des modalités d’exploitation adaptées aux réalités des régions du Québec », résume le biologiste François Lebel, coordonnateur provincial de la gestion du cerf de Virginie et du dindon sauvage au MFFP.

Ce ne sont pas tous les plans d’action qui amènent des modifications à la réglementation. Toutefois, cette année, il y a dix nouveautés qui ont été apportées. Elles étaient essentielles pour la bonne suite des choses.

« Nous sommes dans un tout nouveau contexte par rapport à celui du plan élaboré en 2010. D’abord, surtout dans le sud du Québec, et notamment en Estrie, nous faisons face à une augmentation des populations de cerfs de Virginie. Autre fait, il y a une diminution du nombre de chasseurs au Québec. Nous sommes passés d’environ 170 000 chasseurs de cerfs de Virginie au Québec en 2010 à environ 130 000 en 2020 », indique M. Lebel.

Or les chasseurs sont essentiels pour assurer l’équilibre.

« Un autre fait qu’il faut prendre en compte, c’est qu’il y a chaque année une augmentation des accidents routiers impliquant les chevreuils. On parle de 8000 à 8500 accidents par année. C’est en augmentation, et ça, ce sont seulement les accidents déclarés à la Société de l’assurance automobile du Québec », ajoute-t-il.

Grandes nouveautés

Le ministère signale donc dix grandes nouveautés, dont huit concernent notamment l’Estrie.

La première grande nouveauté est la possibilité pour les chasseurs de se procurer deux permis (le second sera à moitié prix) pour récolter autant de cerfs, sur deux zones de chasse différentes par contre.

« Le permis de chasse, avant, permettait aux chasseurs de se rendre n’importe où au Québec. Maintenant, le permis sera associé à une zone de chasse, comme c’est déjà le cas avec la chasse à l’orignal », indique-t-il.

Le MFFP fait chaque année tirer au sort des permis pour récolter un cerf sans bois, c’est-à-dire un faon ou une femelle. Dès cette année, ce permis supplémentaire acquis grâce à un tirage au sort pourra être partagé avec sa famille immédiate. « C’est une façon notamment d’encourager la relève », indique François Lebel.

De plus, deux permis sont abolis, soit celui pour la chasse au cerf sans bois premier abattage attribué par tirage au sort et le permis du projet expérimental sur la restriction de la taille légale des bois sont abolis qui se déroule justement dans la zone 6 sud et 6 nord, c’est-à-dire en Estrie.

« Il faut absolument préciser que le projet-pilote de cinq ans demeure en vigueur. Un bilan de mi-parcours sera d’ailleurs dévoilé plus tard cet hiver », ajoute M. Lebel.

Ce projet-pilote a plusieurs objectifs, notamment d’améliorer la qualité de la chasse et vérifier plusieurs hypothèses.

Calendrier simplifié

Le calendrier de la chasse a aussi été revu et simplifié, à la demande des chasseurs. Les engins autorisés pendant chacune des périodes de chasse ont aussi été harmonisés.

« Les objectifs sont la gestion optimale du cerf de Virginie et une simplification de la réglementation », indique le biologiste.

Comme la chasse débutera une semaine plus tard, cela permettra la tenue d’une fin de semaine réservée à la relève en tout début de période de la chasse, soit la fin de semaine suivant l’Halloween. « On espère que ce sera possible dès cette année, mais ce n’est pas encore réglé à l’heure actuelle », nuance le biologiste François Lebel.

L’appâtage à des fins de chasse sera permis du 1er septembre au 30 novembre exclusivement à l’exception des substances minérales qui demeurent autorisées à l’année.

Finalement, l’utilisation d’urine naturelle de cervidé à des fins de chasse est désormais interdite en tout temps. « C’est dans le but de réduire les risques de propagation de maladies, notamment la maladie débilitante chronique des cervidés », indique M. Lebel.

Les chasseurs et les partenaires du MFFP devraient pour la plupart être heureux des modifications qui sont apportées. « Nos travaux ont été guidés par la volonté d’offrir un produit de chasse attrayant et de simplifier la réglementation. Nous avons respecté le potentiel de récolte de chacune de région, mais les possibilités pour les chasseurs et la relève sont élargies dans chacune des régions, ce qui favorise aussi les retombées économiques pour chacune des régions », conclut François Lebel.