Postés avec une équipe du Service de police de Sherbrooke, des étudiants en technique policière interceptaient les automobilistes qui respectaient la limite de vitesse ou qui roulaient en deçà dans une zone reconnue pour les excès de vitesse.
Postés avec une équipe du Service de police de Sherbrooke, des étudiants en technique policière interceptaient les automobilistes qui respectaient la limite de vitesse ou qui roulaient en deçà dans une zone reconnue pour les excès de vitesse.

Les bons conducteurs récompensés

— « Vous êtes parfait dans votre comportement routier, c’est pour ça que l’on vous a intercepté. C’est payant d’avoir un bon comportement »

Catherine Lemieux et ses confrères en Techniques policières du Cégep de Sherbrooke Emma Jalbert, Simon Audet et Charles-Antoine Lafontaine ont rendu plusieurs automobilistes heureux, mardi, sur le boulevard de Portland à Sherbrooke.

Postés avec une équipe du Service de police de Sherbrooke, ils interceptaient les automobilistes qui respectaient la limite de vitesse ou qui roulaient en deçà dans une zone reconnue pour les excès de vitesse.

Lors de l’opération « Bonne conduite », le radar ne servait pas en répression, mais bien à encourager les comportements exemplaires.

Intercepté par les policiers alors qu’il roulait à 45 km/h sur le boulevard de Portland, Sylvain Dessureault était ému de constater que l’on récompense son bon comportement du volant.

« Le nombre de fois où je chiale quand je vois du monde qui chauffe mal... Je trouve que c’est une belle façon de me faire passer mon matin. Je suis père de quatre enfants et j’encourage beaucoup les bons comportements. Je pense que c’est une belle manière de nous dire merci », signale M. Dessureault  qui se rendait chercher ses enfants chez le dentiste lorsqu’il a été intercepté.

1000 $ en cadeaux

Tuques de Noël sur la tête, les étudiants en techniques policières ont intercepté une cinquantaine d’automobilistes exemplaires pour leur remettre une valeur globale de plus de 1000 $ en cadeaux de marchands locaux.

« C’est une expérience qui est répétée à Saint-Jean depuis quatre ans. Nous récompensons les automobilistes qui font de bonnes actions. Les automobilistes qui sont captés à 50 km/h ou moins sont interceptés et récompensés. À l’inverse d’une contravention, nous remettons des croissants, des bouteilles d’huile d’olive ou des cartes-cadeaux pour ne nommer que ces récompenses. La prévention fait partie du travail policier », estime Charles-Antoine Lafontaine.

Son confrère Simon Audet estime que la sensibilisation à la réduction de la vitesse sur les routes est essentielle.

« En 2018, il y a eu 359 accidents mortels, dont 72 dont la cause principale était la vitesse. Juste à Sherbrooke, il y a eu 423 accidents, dont un mortel. C’est un de trop. Ce type de sensibilisation a comme objectif de rendre les routes plus sécuritaires », signale Simon Audet.

Le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier, explique que le volet communautaire s’inscrit dans l’ADN du corps policier.

« C’est un très beau partenariat avec les étudiants en techniques policières. C’est leur projet et nous donnons au suivant avec le sourire. On récompense les bons comportements. Les gens qui sont de bons citoyens et qui respectent les règles ne sont pas remarqués, mais aujourd’hui (mardi) nous portons une attention particulière à ces bons comportements », signale le porte-parole du SPS.