Récup Estrie a terminé d’enfouir les 850 tonnes de matières recyclables qui croupissaient à l’extérieur du centre de tri de Sherbrooke depuis plus d’un an.

Les 850 tonnes du centre de tri sont enfouies à Cowansville

Récup Estrie a terminé d’enfouir les 850 tonnes de matières recyclables qui croupissaient à l’extérieur du centre de tri de Sherbrooke depuis plus d’un an.

« Depuis mercredi, tout le site a été nettoyé de l’héritage qu’on a eu de l’ancien exploitant et qui avait été accumulé depuis plus d’un an et demi », rapporte le président de Récup Estrie et conseiller municipal Pierre Avard.

À lire aussi: Les 850 tonnes de matières recyclables seront enfouies

L’opération avait commencé à la mi-janvier. Les matières ont été envoyées au site d’enfouissement de Cowansville par camion d’une contenance de 20 à 25 tonnes chacun.

« À Bury, au site d’enfouissement de Valoris, ils ne pouvaient pas les prendre. Ils veulent ouvrir une nouvelle cellule, alors pas question d’utiliser leur espace, précise M. Avard. Le seul site qu’on a trouvé à proximité, c’est à Cowansville. »

M. Avard ne pouvait dire quel tonnage a finalement été enfoui puisque les matières étaient maintenant gorgées d’eau, donc plus lourdes, mais il rappelle que 850 tonnes représentent un peu plus d’une semaine de collecte pour le centre de tri de Sherbrooke.

Rappelons que cet amoncellement de matières avait été laissé en plan par l’ancien exploitant du centre de tri au moment de la crise du recyclage.

Les responsables de Récup Estrie ont exploré différentes avenues avant de se résoudre à enfouir ces matières recyclables, mais comme elles ont été exposées aux intempéries, il n’y avait pas de marché pour elles.

« On a même essayé de les donner à des gens pour voir si eux auraient de meilleurs outils pour pouvoir les recycler et tout le monde arrivait à la même conclusion qu’il y avait rien à faire avec ça », relate M. Avard.

« Pour une organisation dont le rôle est la valorisation, ça ne nous a pas plu de voir toutes ces matières s’accumuler sur le site, mais on ne pouvait pas intervenir tant qu’on était sous contrat avec l’exploitant. Quand on a été capables de mettre fin à ce contrat, on a commencé à pouvoir reprendre le contrôle des opérations. L’entreposage extérieur est l’une des raisons pour lesquelles on a mis fin à son contrat. »

La facture pour l’opération d’enfouissement va dépasser les 100 000 $, estime M. Avard. Récup Estrie est en démarches légales pour se faire dédommager par l’ancien exploitant.

Il reste quelques ballots de plastique sur le site qui seront acheminées bientôt dans un nouveau centre de traitement de cette matière, préciser Pierre Avard.