Récup Estrie doit finalement faire enfouir les matières recyclables entreposées à l’extérieur du centre de tri de Sherbrooke.

Les 850 tonnes de matières recyclables seront enfouies

Récup Estrie doit se résoudre à enfouir les 850 tonnes de matières recyclables toujours entreposées à l’extérieur du centre de tri de Sherbrooke.

On a exploré différentes avenues, assure son président par intérim Pierre Avard, mais on a dû en venir à la conclusion qu’on ne pourra pas valoriser ces amoncellements de matière.

« Si ce n’est pas commencé, ça va commencer prochainement », confirme M. Avard à La Tribune.

« Nous avons cherché une solution, mais il n’y a rien à faire avec ça. Comme c’est aux intempéries depuis plusieurs mois, il n’y a pas de marché pour ces matières. »

Des représentants d’entreprises susceptibles d’être intéressées par le lot sont venus constater sur place, ajoute le conseiller municipal Pierre Avard. Mais ils ont décliné l’offre d’en disposer.

On est à la recherche d’un endroit pour enfouir les matières empilées autour des installations de la rue Claude-Greffard. « Ça ne sera pas chez Valoris. Il n’y a pas de place dans l’horaire et les coûts seraient trop grands », note-t-il.

« Ça va se faire au fil des mois, graduellement, pas du jour au lendemain. On doit retirer ces matières, car en plus elles se retrouvent en zone inondable. Si l’eau monte, ça serait tout un problème. »

M. Avard fait remarquer que cet amoncellement de matière avait été laissé en plan par l’ancienne administration du centre de tri, l’an dernier, au moment de la crise du recyclage, qui avait mené en juin à l’expulsion de l’exploitant du centre de tri, Ricova.

Acheteur de carton

Par ailleurs, Récup Estrie lance un appel aux entreprises et aux particuliers cherchant à vendre du carton. La société se dit prête à acheter les stocks. On doit avoir accumulé une tonne métrique de carton et être ne mesure d’aller le livrer directement au centre de tri. Récup Estrie l’achète à « un prix très compétitif », souligne M. Avard.

« Il y a encore un très bon marché pour le carton, moins pour le papier », dit-il.

« Nous pouvons le faire maintenant que nous sommes le gestionnaire du centre de tri. Si les gens ont du carton et qu’ils peuvent venir le porter, nous donnons un bon prix. Souvent meilleur que celui offert par les entreprises qui récoltent le carton directement chez les gens. Pour nous, c’est intéressant parce qu’il n’y a pas de traitement à faire. On l’envoie directement vers un récupérateur de grand volume. »