La Santé publique de l’Estrie développe de nouveaux outils informatiques pour l’aider dans ses enquêtes épidémiologiques et pour faciliter le travail de ses infirmières.
La Santé publique de l’Estrie développe de nouveaux outils informatiques pour l’aider dans ses enquêtes épidémiologiques et pour faciliter le travail de ses infirmières.

L’équipe de Santé publique aura bientôt de nouveaux outils technologiques

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Les employés de la Santé publique de l’Estrie redoublent d’efforts pour mener à bien leurs enquêtes épidémiologiques depuis le premier cas positif, qui a été connu le 11 mars dans la région.

« Il y a eu du retard à certains moments dans nos suivis des contacts, mais nous n’en avons jamais eu pour aviser les gens d’un résultat positif, ce qui était nécessaire pour les isoler rapidement de façon adéquate », indique le Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique de l’Estrie.

Sous peu, la Santé publique pourra compter sur un nouvel outil technologique pour les aider, un « outil encore imparfait parce qu’il a été développé dans l’urgence », mais que des équipes travaillent encore à améliorer avant son déploiement.

« Les contacts de cas positifs recevront un courriel où ils répondront à des questions : avez-vous de la fièvre? Allez-vous bien? Ça prend deux-trois minutes à répondre, pas plus. Les réponses seront analysées automatiquement. Si les gens ne vont pas bien ou s’ils ont des questions, nos infirmières pourront les appeler, mais sinon, le simple questionnaire électronique fera l’affaire et nous sauvera beaucoup d’appels », indique le Dr Poirier.

Et puis ce n’est pas tout. Une fois cet outil déployé pour prendre des nouvelles des « contacts de cas positifs », un nouvel outil électronique sera mis sur pied, celui pour mener les enquêtes.

« Quand nous avons un cas positif, une infirmière prend environ deux heures au téléphone pour faire une enquête. Ce nouvel outil pourrait faciliter notre travail », ajoute le directeur de la Santé publique de l’Estrie.