Charles-Antoine Barbeau-Meunier fait actuellement un double doctorat en médecine et en imagerie biomédicale à l’Université de Sherbrooke. Ses travaux sur l’empathie lui ont valu plusieurs reconnaissances dont un prix du Temple de la renommée médicale canadienne en 2017. Mardi, il a prononcé une conférence à l’occasion du Sommet mondial du leadership.

L’empathie, la clé pour résoudre les crises sociales

« Le leadership empathique est l’enjeu crucial de notre époque. Nous sommes dans une époque qui traverse beaucoup de crises : effritement social, solitude, santé mentale, enjeux climatiques... Ce sont des enjeux de société profonds et intimidants, mais au final, ils appellent tous à la même chose : à l’empathie. Il s’agit de la colle de la société. »

Charles-Antoine Barbeau-Meunier en est convaincu : l’empathie est la clé pour résoudre les crises sociales. C’est en croisant ses connaissances issues de ses études en communication, en sociologie puis en médecine que l’étudiant de l’Université de Sherbrooke est arrivé à ce constat. Mardi, il a pris la parole à l’occasion du Sommet mondial du leadership qui se déroulait au Granada pour exposer ses recherches sur l’empathie.

« En ce moment, le leadership de nos sociétés ne répond pas à nos besoins. Nous sommes dans une logique de compétition et de performance dans toutes les sphères de notre vie. Le modèle économique est devenu notre modèle social », explique le chercheur.

Selon lui, les hauts taux de détresse émotionnelle et d’épuisement professionnel sont un parfait exemple de ce dysfonctionnement sociétal.

« L’épuisement professionnel est l’enjeu principal dans la majorité des organisations. On engendre des milieux compétitifs où les gens sont isolés et finissent en épuisement. Il y a toujours un enjeu de quantifier les services, mais jamais de qualité de relations humaines. Ce sont des environnements qui ne permettent pas d’avoir une sensibilité empathique, de tisser des liens », soutient l’étudiant de troisième année en médecine.

La compétition, le manque de face-à-face avec les gens — remplacé bien souvent par des communications écrites —, et le stress de performance sont certains des facteurs qui nuisent au développement de l’empathie dans la vie comme au travail, croit M. Barbeau-Meunier.

À l’inverse, le Sherbrookois a ciblé cinq piliers pour cultiver la compassion : l’importance des face-à-face, la résilience, l’attention, le lien social et la culture empathique.

Charles-Antoine Barbeau-Meunier appelle donc à un changement de paradigme où les relations humaines et l’apport aux autres seraient au centre des décisions. Il cite en exemple le Japon où la culture encourage à considérer l’autre et non seulement soi dans la prise de décision.

« L’empathie est contagieuse. Ça ne s’apprend pas, ça s’attrape. Ce n’est pas un acquis, on peut le développer ou le perdre selon un contexte. C’est modulable. Au Japon, c’est imbriqué dans la culture dès un jeune âge. Ça passe beaucoup par l’éducation », explique-t-il, en donnant en exemple le programme scolaire Racines de l’empathie qui vise à promouvoir la santé mentale des enfants et à lutter contre la violence.

« Le gouvernement doit réinvestir dans les services publics, dans le filet social afin qu’il ne s’effrite pas. Investir dans ce dernier permet aux gens de développer l’empathie et la résilience nécessaires pour résoudre les crises sociales », ajoute celui qui a remporté de nombreux honneurs dans les dernières années pour ses recherches.

« Ce qui est original dans mon travail, c’est d’étudier l’empathie sous l’angle de la sociologie. Il s’agit d’un croisement de perspectives d’un phénomène micro entre deux personnes qui se reflètent dans un phénomène macro », résume-t-il.

Et sommes-nous prêts pour un changement de paradigme?

« On est mûr! » assure le chercheur.

Le Sommet mondial du leadership est une expérience inspirée de valeurs chrétiennes et conçue pour aider ses participants à devenir de meilleurs leaders, peu importe leur sphère d’influence. Mardi, il s’agissait de la troisième édition spéciale du Sommet en Estrie.