Johan de Meij

Le « Wayne Gretzky » des compositeurs à Sherbrooke

Le Festival des harmonies s’offre un beau cadeau pour son 90e anniversaire. Ce n’est nul autre que Johan de Meij, le « Wayne Gretzky » des compositeurs d’harmonie, qui sera l’invité d’honneur de l’événement. Il dirigera même plusieurs concerts en plus d’agir à titre de juge du 16 au 19 mai.

Johan de Meij est un musicien et compositeur reconnu internationalement. Sa plus célèbre composition est la Symphonie No 1 The Lord of the Ring inspirée de la saga de J.R.R. Tolkien.

« C’est une grosse vedette internationale, explique Josée Crête, présidente de la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec. Il écrit du matériel original, mais il fait aussi des arrangements. Tous les chefs rêvent de jouer ses œuvres parce qu’il a une écriture vraiment particulière. Il avait des engagements en Pologne, mais quand on l’a appelé il a dit qu’il se devait d’être là pour un 90e anniversaire. On va profiter de lui pendant trois jours. »

Johan de Meij dirigera à titre de chef d’orchestre invité la musique du Royal 22e Régiment lors d’un concert gratuit lors de la cérémonie d’ouverture le jeudi 16 mai. Il dirigera l’Ensemble à vents des professeurs du Québec le samedi 18 mai lors du concert prestige. M. de Meij offrira finalement des ateliers de maître aux harmonies séniors dans les nouveaux studios de l’École de musique de l’Université de Sherbrooke. 

« Il y a des orchestres qui n’étaient pas venus depuis longtemps qui ont décidé de revenir en raison de sa présence, souligne-t-elle. On est très heureux et on espère que ça va donner un nouveau souffle au festival. On espère être en mesure d’avoir d’autres grands chefs pour faire tourner la roue. »

90 ans de musique

Cette 90e édition est un peu un retour aux sources pour le Festival des harmonies, qui s’est déroulé à Sherbrooke pour la toute première fois en 1929.

La 90e édition du Festival des harmonies est un peu un retour aux sources pour l’événement, qui s’est déroulé pour la toute première fois en 1929 à Sherbrooke. Sur la photo, Michel Simard, directeur musical de l’Orchestre des professeurs de musique du Québec, Marie-Claude Bibeau, députée de Compton–Stanstead, et Josée Crête, présidente de la Fédération des harmonies et orchestres symphoniques du Québec.

« À l’époque, le Festival changeait de ville chaque année, précise Josée Crête. Depuis 1988 le festival est à Sherbrooke et n’a pas bougé. C’est pour ça d’ailleurs que le festival a pris de l’ampleur. On était à 1000 participants et on est allé jusqu’à 10 000. »

Cette année 8000 musiciens prendront d’assaut l’Université de Sherbrooke pour le festival. Ce sont plus de 300 prestations qui seront données.

C’est un signe que la musique se porte bien chez les jeunes, mais tout n’est pas rose, selon Mme Crête.

« Les concentrations musique font très bien et elles sont solides, mais c’est beaucoup plus difficile pour les écoles qui offrent de la musique en option. Malheureusement il y a beaucoup de matières qui viennent gruger les périodes d’art. Et de faire seulement deux périodes de musique par 9 jours, tu ne peux rien faire. Il y a beaucoup de départements qui ont fermé à cause de ça. »

Sherbrooke en musique

Comme à l’habitude le OFF Festival offrira en parallèle près d’une centaine de concerts gratuits à Sherbrooke. Du 9 mai au 2 juin, le centre-ville et la promenade du lac des Nations seront animés de prestations de plus de 130 artistes. Les ateliers de musique dans les écoles de la CSRS seront de retour et une trentaine de spectacles seront offerts dans divers centres de soin de longue durée et unités de centres hospitaliers. La programmation complète du OFF festival est disponible au Sherbrookeenmusique.com.