Érika Smith est la seule accusée du trio à être en liberté.

Le voleur au capuchon prendra bientôt position dans son dossier

Le voleur au capuchon entend prendre position dans son dossier dans les prochaines semaines.

Rosario Gagliano était de retour devant le tribunal, lundi, en compagnie de Sylvain Viens et d’Érika Smith.

Si des charges moins lourdes pèsent contre Érika Smith, Viens et Gagliano sont encore détenus pour les huit vols qualifiés en treize jours commis à l’automne 2018 dont ils sont accusés.

Gagliano reviendra le 19 novembre pour prendre position quant à la tenue d’une enquête préliminaire.

Par la voix de son avocat Me Christian Raymond, Sylvain Viens a annoncé de son côté qu’il pourrait plaider coupable à des accusations liées à ce dossier le 11 février 2020.

Viens a cependant plaidé coupable, lundi, à deux épisodes de vol d’essence commis à Granby en juillet 2018 devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

Lors du dernier de la série de vols qualifiés, Érika Smith, la conjointe de Gagliano, prenait place dans le véhicule.

C’est la seule des trois accusés qui se trouve en liberté dans cette affaire.

Érika Smith était présente devant le tribunal lundi.

« Les faits diffèrent dans le dossier de madame Smith. Nous sommes en négociations pour en venir à une entente », explique son avocate Me Jessyca Duval de l’aide juridique.

Le dossier a aussi été reporté au 19 novembre.

« À la prochaine date, vous devrez prendre position dans votre dossier », a insisté la juge Desgens.

Le trio avait d’abord été accusé du vol qualifié commis au dépanneur Harnois à East Angus, de possession d’arme dans le but de commettre une infraction, de port d’arme, soit un pistolet à plomb, de façon négligente ainsi que de port de déguisement à la mi-octobre.

Le ministère public a ensuite autorisé seize autres accusations contre Viens et Gagliano pour sept autres vols qualifiés en utilisant une arme à feu entre le 1er et le 13 octobre 2018 à Sherbrooke et East Angus.

Sylvain Viens demeure aussi détenu dans cette affaire qui reviendra devant le tribunal le 28 octobre.

C’est vraisemblablement Gagliano qui pénétrait dans les commerces munis d’un pistolet à plomb, après avoir revêtu un capuchon, pour demander le contenu du tiroir-caisse. Il était attendu à l’extérieur par Sylvain Viens dans un véhicule. Ce dernier l’aidait à prendre la fuite.

C’est une surveillance effectuée par le Service de police de Sherbrooke qui a permis d’arrêter le voleur au capuchon au cours de la fin de semaine du 13 octobre 2018.

Suivi par les enquêteurs puis les patrouilleurs du SPS, le trio de voleurs a été intercepté après un septième vol, qui a été perpétré dans un dépanneur d’East Angus.

Les suspects auraient commis des vols qualifiés, dont un dans un salon de paris de Sherbrooke. Au cours de la même période, le trio aurait aussi effectué deux vols dans des dépanneurs d’East Angus. Des peines minimales de quatre ans sont prévues sur chacune des accusations de vol qualifié en utilisant une arme à feu.

Me Véronique Gingras-Gauthier représente le ministère public dans cette affaire.