Le Vert & Or a tenu tête au Rouge et Or vendredi dans le cadre de son match d’ouverture. Les Sherbrookois ont perdu par la marque de 14-1

Le Vert & Or tient tête à Laval, mais perd Owens

Le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke aurait mérité un meilleur sort, vendredi soir, lors de son match d’ouverture locale face au Rouge et Or de l’Université Laval. Malgré le fait que l’équipe a perdu son quart-arrière à cause d’une blessure en première demie, elle n’a pas baissé les bras et a continué à attaquer sans relâche les finalistes de la dernière Coupe Vanier. Québec a cependant remporté cette guerre d’usure par 14 à 1.

Le pire des scénarios possibles s’est matérialisé pour le Vert & Or.  Vendredi au milieu du deuxième quart, après un ballon échappé dans le champ arrière, le quart-arrière Xavier Owens s’est fait frapper solidement à la tête en tentant de le récupérer.

Craignant une possible commotion cérébrale, Owens a été retiré du match après avoir été examiné par le thérapeute en chef et le médecin de l’équipe. Owens a subi une commotion lors du dernier match de la saison régulière de 2017.

Même si le Vert & Or n’a pas baissé les bras par la suite, le rendement de son offensive n’a plus jamais été le même, malgré les bons coups réalisés par la recrue Joé Hudon. Ce dernier a vécu son baptême au football universitaire plus tôt que prévu, lui qui débarque à peine du niveau collégial.

« Je lui lève mon chapeau, il a très bien fait. Quant à Xavier, je ne suis pas médecin, je ne sais ce qu’il a, mais jamais on ne va mettre un étudiant-athlète en danger. Très belle performance de la défensive, ce soir. Mes gars se sont battus jusqu’au bout, mais on doit nettoyer le nombre de pénalités. On s’est tenus malgré la perte de Xavier », a dit l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

Ce dernier a questionné le travail des arbitres. Il se dit en faveur des reprises vidéo ce qui, dit-il, aurait démontré qu’il y a bel et bien eu un coup asséné à la tête de Xavier Owens, qui fut impuni.

Défensive étanche

Dans ce match où le Rouge et Or n’a pas affiché sa forme habituelle, le Vert & Or aurait mérité un meilleur sort, ne serait-ce que pour la tenue exemplaire de son unité défensive qui n’a accordé aucun touché offensif à la redoutable attaque des Rouges.

Malheureusement pour Sherbrooke, les dieux du football en ont décidé autrement.

Dès la première séquence défensive du Vert & Or, l’unité de Guillaume Boucher réussissait un sac du quart aux dépens d’Hugo Richard (12 en 24 pour 122 verges).

Ce dernier n’a jamais semblé à l’aise, peinant à rejoindre ses receveurs, alors que ceux-ci ont échappé plusieurs passes précises.

Le pointage était de 2-1 en faveur de Laval après le premier quart. 

C’est vers la moitié du deuxième quart que Xavier Owens (7 en 8 pour 77 verges) a été frappé solidement.

« Il y a eu une mauvaise remise que je n’ai pas contrôlée, et j’ai décidé de la donner à mon porteur. Mais je l’ai échappé de nouveau. Quand j’ai voulu me relever, je me suis fait prendre en sandwich par deux joueurs du Rouge et Or qui m’ont frappé avec deux coups sur le casque, on va le dire comme ça », a dit le numéro cinq des Sherbrookois.

« Ça n’a pas été puni. C’est comme ça. On a préféré me retirer du match, par mesure de précaution. C’est une longue saison, on voit le potentiel de l’équipe, et ça ne donnait rien de revenir, à ce moment-là. »

« Le bilan du match, selon moi, est positif ; ça roulait, à l’attaque, on prenait notre envol, on avait d’autres belles choses à montrer, je commençais à me sentir de plus en plus à l’aise. C’est inopportun, mais on va revenir plus fort. »

« J’ai fait une commotion l’an passé contre McGill, ce n’est pas du tout la même chose. Je me sentais vraiment bien, vraiment vif et vite après l’événement et le protocole. Honnêtement, c’est positif pour un retour au jeu très rapide, si ce n’est pas instantané. »

Les visiteurs ont profité que le vent changeait de direction pour inscrire le seul majeur du match dès le jeu suivant le contact avec Owens ; Vincent Breton-Robert a ramené le botté de dégagement de Pierre-Antoine d’Astous sur 72 verges pour le touché.

Et c’est tout ce que le Rouge et Or a eu besoin pour savourer un premier gain en 2018.

« Hugo a manqué quelques lectures, dont sur le premier jeu, où il aurait dû donner le ballon au porteur. Ses lectures n’étaient pas toujours à point. Et quand il faisait des beaux tirs, on a échappé des ballons. On a manqué de cohésion en général à l’attaque », a dit l’entraîneur-chef de Québec, Glen Constantin.

« On va rester humble, je ne pense pas qu’on était au-dessus de nos affaires, mais on est capables de jouer mieux que ça. J’ai parlé aux vétérans rapidement après le match, et je ne pense pas qu’on a pris ce match à la légère. Oui, on était détendus, mais je ne trouvais pas que l’équipe était trop à l’aise. Des fois, mentalement, quand tu entends qu’une équipe est en reconstruction, ça peut jouer. On n’a pas joué selon nos standards, et chapeau à Sherbrooke, qui a joué un bon match intense. »

La blessure subie par Xavier Owens aura permis à la recrue Joé Hudon (6 en 16 pour 48 verges) de sauter dans la mêlée, et il a bien fait dans les circonstances.

« Ç’a bien été, je suis satisfait. Je ne m’attendais pas à jouer, je n’avais pas d’attentes. J’ai fait du mieux que pouvais. Pour mon premier jeu, c’était stressant, mon cœur pompait, mais j’ai suivi les indications le plus possible et j’ai essayé d’aller dans la même direction que tout le monde. On a bien joué, malgré la défaite. Dans nos cœurs c’est une victoire. »

Sherbrooke affronte McGill, la semaine prochaine. Vendredi, Montréal a battu McGill 33-0.