Le SPS et le CIUSSS maintiennent leur équipe d'intervention psychosociale

L'Équipe mobile d'intervention psychosociale poursuivra ses activités au moins pour la prochaine année à Sherbrooke.
Au moment de dresser un premier bilan après six mois d'opération, mercredi, le Service de police de Sherbrooke et le CIUSSS de l'Estrie-CHUS ont confirmé l'utilité de cette équipe hybride d'intervention, composée d'un patrouilleur et d'un travailleur social, lors de situation de crise en lien avec les problématiques de santé mentale.
«Nous constatons la pertinence de cette équipe sur le terrain», soutient la directrice des services généraux du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Lyne Cardinal.
Depuis la mise en place de l'ÉMIP en mai 2016, l'équipe a accompagné 115 personnes. Les personnes aidées sont âgées de 18 à 64 ans et sont autant des hommes que des femmes. Lors des 52 quarts de travail où l'ÉMIP était présente, environ 75 pour cent des interventions ciblaient une clientèle qui n'était pas connue des services d'intervention.
«Le but ultime serait d'avoir cette équipe 24 heures par jour sept jours par semaine. Nous y allons cependant étape par étape. Pour l'instant, l'ÉMIP est présente les mercredis et vendredis soirs. Nous constatons un besoin réel. Est-ce que la solution serait d'abord d'y aller à quatre soirs par semaine? C'est ce que nous analysons. Nous travaillons en partenariat, alors nous regardons les disponibilités en ressources humaines et financières pour aller plus loin», indique le directeur du SPS, Danny McConnell.