Le SPS aura les sièges pour enfant à l’œil, à la suite d’un changement au Code de la sécurité routière.

Le SPS aura les sièges d’appoint à l’oeil [VIDÉO]

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) aura les sièges pour enfant à l’œil, à compter de jeudi, alors qu’un changement au Code de la sécurité routière entre en vigueur.

Tous les enfants devront être installés dans un siège d’auto ou un siège d’appoint jusqu’à ce qu’il mesure 145 centimètres ou jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de neuf ans.

À lire aussi: Nouvelle réglementation sur les sièges d'appoint dès jeudi

SAAQ: mise en vigueur des nouvelles règles d’utilisation du siège d’appoint au Québec [VIDÉO]

La nouvelle mesure du Code de la sécurité routière viendra prolonger la période d’utilisation obligatoire du siège d’appoint, indique la Société d’assurance automobile du Québec. Adoptée en 2018, cette mesure a pour objectif d’augmenter la sécurité des enfants en voiture en leur évitant de passer prématurément à la ceinture de sécurité utilisée seule.

Selon Martin Carrier, porte-parole du SPS, il n’est pas question pour tout de suite de sortir automatiquement le carnet de constats d’infraction si le siège n’est pas adapté pour l’enfant assis dans une voiture interceptée.

Pouvoir discrétionnaire

« Il y a le pouvoir discrétionnaire des policiers qui demeure. Il s’agit d’une nouvelle réglementation et il y a toujours une période d’adaptation », dit-il.

« Nous sommes là aussi pour transmettre l’information. Nous aurons les sièges pour enfant à l’œil quand même. »

L’enfant doit continuer d’utiliser un siège d’appoint jusqu’à ce que la ceinture de sécurité soit parfaitement ajustée lorsqu’il est assis directement sur la banquette, ajoute la SAAQ. Le siège d’appoint permet de surélever l’enfant afin que la ceinture passe aux bons endroits, soit sur l’épaule (clavicule) et sur les hanches (bassin). En cas d’accident, la clavicule et les os du bassin sont les os qui sont le plus en mesure d’absorber le choc.

Porter une ceinture mal ajustée peut avoir de graves conséquences. Chaque année au Québec, des enfants sont blessés dans des accidents de la route parce qu’ils ne sont pas assis sur un siège d’appoint et qu’ils sont trop petits pour utiliser adéquatement la ceinture de sécurité seulement, rappelle-t-on.

En cas de non-respect de cette mesure, un conducteur peut recevoir une amende de 80 $ à 100 $ et voir inscrire 3 points d’inaptitude à son dossier, précise la SAAQ. 

Selon le bilan routier 2017, 1159 enfants de moins de 10 ans ont été victimes d’accident de la route alors qu’ils prenaient place dans un véhicule. De ce nombre, 508 enfants étaient âgés de 0 à 4 ans et 651 enfants étaient âgés de 5 à 9 ans. Au Canada, les ceintures des véhicules sont conçues pour un adulte mesurant minimalement 145 centimètres. Neuf autres administrations canadiennes ont aussi inclus la mesure minimale de 145 centimètres dans leur loi sur les sièges d’auto pour enfants.

Martin Carrier mentionne que les parents peuvent faire appel aux services de la division de la sécurité des milieux du SPS s’ils ont des questions. Dans la majorité des cas, les sièges pour enfant sont bien installés dans les voitures, mais il peut y avoir des petits ajustements à apporter, soutient-il.

On peut prendre rendez-vous en contactant le SPS. Cette consultation est gratuite.

Le SPS a tenu des opérations de répression et de sensibilisation concernant le port de la ceinture de sécurité. Force est de constater que l’obligation de s’attacher au volant n’est pas toujours respectée. En 2017, le SPS a distribué 509 constats d’infraction à des automobilistes fautifs.