Les jeunes ne sont historiquement pas très nombreux dans les salons de métiers d’art, mais ils commencent maintenant à faire leur place.

Le Salon des métiers d'arts propulsé par l’achat local

Un nouveau genre de clientèle commence à s’intéresser aux métiers d’art. Outre les habitués et les amoureux de l’art, le 30e Salon des métiers d’art de l’Estrie qui s’est terminé dimanche au Centre de foires de Sherbrooke a vu passer beaucoup de gens intéressés par l’achat local.

« On voit des jeunes qui sont soucieux d’acheter des produits qui ont été faits ici, explique Lyne Montmeny, directrice générale du Salon des métiers d’art. Il faut penser de plus en plus à soutenir nos économies et notre marché à nous. On essaie d’acheter de moins en moins de produits jetables. On voit donc de plus en plus cette clientèle. »

Les jeunes ne sont historiquement pas très nombreux dans les salons de métiers d’art, mais ils commencent maintenant à faire leur place.

« On est toujours pas mal autour de 7000 visiteurs, précise Mme Montmeny. On a une clientèle assidue, mais on remarque de plus en plus de jeunes. On sait qu’ils ne vont pas nécessairement fréquenter les salons. L’achat en ligne est plus facile pour eux et ils n’ont peut-être pas encore les sous pour consommer nos produits. »

Mme Montmeny est impliquée dans le Salon depuis plus de 20 ans. Il n’y a pas que les visiteurs qui évoluent, les exposants ont aussi de nouvelles méthodes de travail.

« De plus en plus, les artistes vont être assistés d’outils numériques, mais la passion et le cœur de l’artiste sont les mêmes, mentionne-t-elle. On a des outils qui permettent d’accélérer certaines étapes de travail. »

Mme Montmeny ne pouvait confirmer dimanche qu’une 31e édition aura lieu l’année prochaine.

« Les salons comme le nôtre, c’est difficile de dire s’il va y en avoir un l’année prochaine. Ça coûte cher organiser tout ça, mais il faut penser aux artistes pour qui c’est une part importante de leur gagne-pain. Ce n’est jamais acquis d’avance. »

Perles rares

Pour marquer les noces de perle du Salon, les organisateurs ont proposé aux 75 artistes de dévoiler au public l’une de leurs plus belles créations surnommées « perles rares ».

À la suite d’un concours et d’un vote par ses pairs, c’est une œuvre de l’artiste Michel Bordais qui a remporté le premier prix. La création de M. Bordais est une sculpture en pierre d’un cheval et d’un oiseau.