Le retrait de panneaux d’arrêts inquiète dans le secteur Bertrand-Fabi

Une résidante s’inquiète pour la sécurité routière alors que les arrêts de la rue Bertrand-Fabi seront enlevés à l’angle de la rue Charny. Une enseigne a été installée afin d’aviser les citoyens du retrait des arrêts.

Au mois d’avril 2018, la Ville de Sherbrooke avait annoncé aux citoyens dans une séance d’information les mesures pour améliorer la fluidité sur la rue Bertrand-Fabi. Plusieurs personnes s’étaient montrées dubitatives en ce qui concerne la sécurité de la route à la suite des travaux. 

Caroline Gravel, directrice du Services d’infrastructures urbaines et du développement durable de la Ville de Sherbrooke, avait alors annoncé que, si les panneaux avaient à être retirés, des constructions allaient être entamées pour sécuriser l’intersection.

Un an plus tard, la Ville annonce le retrait des arrêts en juillet et il semble n’y avoir aucun signe de constructions pour sécuriser l’endroit.

« Je ne comprends pas ou ils veulent en venir en faisant ça. Cet arrêt-là, il ne dérange personne. Ce n’est pas vrai, que, parce qu’ils mettent une lumière au coin des Vétérans, un bouchon de circulation va se former. Et là, il n’y a pas de travaux annoncés. On ne peut pas juste couper la haie de cèdres, ce n’est pas suffisant », s’indigne Chantal Groleau, une citoyenne du quartier. 

Par ailleurs, elle précise qu’il y a 20 ans, lorsqu’elle a emménagé, il y avait un miroir pour prévenir les automobilistes de la venue d’un véhicule. Puisque le miroir était dangereux, la Ville a installé des arrêts. 

 « Il y a un arrêt d’autobus de l’autre côté sur Bertrand-Fabi. Ma fille, elle doit traverser la rue pour aller attendre l’autobus. Il y a des arrêts en ce moment et elle a de difficulté à traverser. Imaginez lorsqu’il n’y aura pas d’arrêt », enchaine-t-elle. 

Toujours selon elle, en plus d’être dangereux pour les piétons, il sera ardu pour les automobilistes de traverser de façon sécuritaire. 

« J’ai visité ma maison au début des années 2000, j’étais inquiète à cause du miroir à l’intersection, je ne voulais pas rester là, car je trouvais ça dangereux. L’agente immobilière m’a rassuré en me disant que la Ville allait mettre des arrêts. Je n’en reviens pas que 20 ans plus tard, on les enlève, alors qu’il y a beaucoup plus de circulations qu’auparavant. »

Travaux 

À cela, la Ville de Sherbrooke assure qu’il y aura des travaux dès juillet à cet endroit. Il s’agira d’abaisser le terrain de la propriété sur le coin et de couper une haie de cèdres. 

Toutefois, Mme Groleau souligne qu’il risque d’être périlleux de s’aventurer dans ce quartier au mois de juillet, avec les constructions sur Bertrand-Fabi, au coin des Vétérans et, maintenant, sur Charny.

Confusion autour du chantier

Les travaux dans le secteur King et Bertrand-Fabi ont causé des maux de tête à plusieurs automobilistes, vendredi matin.

Le nombre de voies a été diminué sur l’axe Bourque et King, annonce la Ville de Sherbrooke. On avait prévu que la circulation allait se faire à contresens entre les rues Grégoire et Comtois. Toutefois, cette dernière rue n’était pas disponible pour la circulation.

La situation a causé de la confusion chez les déplacements et des bouchons, souligne-t-on, du côté de la Ville de Sherbrooke. On a bon espoir que la situation sera rétablie pour lundi matin.

On invite les gens a prendre un autre voie de détour dans la mesure du possible. On note que l’emplacement des voies de circulation peut-être modifié de jour en jour, au fil de l’évolution des travaux.

Afin d’assurer la fluidité de la circulation, tous les virages à gauche sont interdits à l’intersection King/Bertrand-Fabi/Bourque/Léger, ajoute-t-on.

Un détour a été mis en place par les rues Sauvé et Brodeur afin d’accéder à la rue Léger.

Le détour par les boulevards du Mi-Vallon et des Vétérans demeure en vigueur, ajoute-t-on.

Rappelons qu’à la première journée de fermeture du boulevard Bertrand-Fabi au début juin, entre la rue King Ouest et la rue de Varennes, ne s’est pas faite sans encombre pour les commerçants du secteur. Une coupure d’eau inopinée et un détour sans signalisation ont entraîné des grincements de dents.