Si 41 citoyens habitant les zones contiguës au couvent du Mont-Sainte-Famille signent le registre ouvert par la Ville, le 17 avril, un référendum pourrait être organisé au sujet du projet de 70 M$ déposé par les Services Immobilier First.

Le promoteur du projet Mont-Sainte-Famille tentera d’éviter un référendum

La Ville de Sherbrooke a confirmé la tenue d’un registre pouvant mener à un référendum dans le projet de transformation du couvent du Mont-Sainte-Famille. Le promoteur espère pour sa part parvenir à obtenir un avis de renonciation à la tenue d’un référendum.

Lire aussi : Quartier Sainte-Famille : la Ville ouvrira un registre

Ce sont 44 citoyens habitant dans trois zones adjacentes au projet de la rue Galt Ouest qui avaient signé une demande valide pour la tenue d’un registre. Le registre en question se tiendra à l’hôtel de ville le 17 avril. Il faudra 41 signatures pour forcer la tenue d’un scrutin référendaire. Si le promoteur souhaite éviter un référendum, il doit recueillir 153 signatures avant le 17 avril pour un avis de renonciation.

Le promoteur Matthieu Cardinal, des Services Immobiliers First, confirme qu’il tentera d’obtenir les signatures requises. Aucune modification n’a été apportée au projet depuis que la demande de tenue de registre a été validée.

Rappelons que les Services Immobiliers First ont déposé un projet de 70 M$ pour la construction d’environ 360 appartements dans et autour du couvent de la rue Galt Ouest. Des commerces de proximité sont aussi prévus. Le couvent serait préservé et la vue sur le bâtiment ne devrait pas être obstruée. Les 23 bâtiments à construire seraient situés en bordure de la rue Galt Ouest et en périphérie du terrain, dans des zones qui ne sont pas boisées. Une piste multifonctionnelle appartenant à la Ville est projetée entre la rue Lalement et la rue du Montagnais.

La partie boisée de la propriété des Petites Sœurs de la Sainte-Famille serait cédée à la Ville pour être annexée au parc du Mont-Bellevue. Le promoteur s’engage pour sa part à planter 275 arbres.

M. Cardinal rapporte ne pas avoir eu de demandes particulières de la part des citoyens concernés pour modifier son projet. Des inquiétudes ont été manifestées concernant la piste cyclable qui relèvera de la Ville.

« C’est sûr qu’on essaiera de trouver un dénouement positif », mentionne M. Cardinal.

L’avis de renonciation a été utilisé dans au moins trois projets immobiliers à Sherbrooke, soit le projet Cité-Jardin, dans le secteur de la rue Émile-Zola, celui de la station-service sur la rue Laval, dans Brompton, et celui du Petit Quartier, dans Fleurimont.