Le futur refuge de la SPA sera situé sur la ruem Sauvé à Sherbrooke.

Le projet de déménagement de la SPA accuse du retard

Pitou et minou devront attendre un peu plus longtemps que prévu avant de s'installer dans leurs nouveaux locaux de la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie sur la rue Sauvé, dans l'ouest de Sherbrooke. Le projet évalué à six millions $ accuse un retard d'environ cinq mois.
Des travaux de démolition de l'édifice situé au 145 de la rue Sauvé ont causé des surprises, explique la responsable des communications et porte-parole de la SPA de l'Estrie, Cathy Bergeron.
«Nous avons dû revoir nos plans pour respecter le budget initial, dit-elle. On a découvert une poutre et une conduite d'eau lors des travaux de démolition.»
«Ça représente cinq mois de retard. Ce n'est pas dramatique. Nous voulons prendre notre temps pour bien faire les choses.»
Rappelons que la Société protectrice des animaux (SPA) de l'Estrie a lancé en mars dernier l'Opération Doux refuge dont l'objectif est d'amasser 850 000 $. Après avoir multiplié les efforts au cours des deux dernières années, on a amassé à ce jour un montant près de 700 000 $.
Baptisé l'ancienne « paint shop » de la Ville de Sherbrooke, le 1139 du boulevard Queen-Victoria est devenu la propriété de la SPA de l'Estrie en 1982. Depuis, on a dû agrandir trois fois. Comme ces travaux ont été réalisés avec des matériaux de moindre qualité, on remarque que le bâtiment présente un degré d'usure avancé.
Campagne
On lancera l'appel d'offres pour la construction du futur refuge, note Mme Bergeron. Cette dernière a bon espoir que la campagne de financement atteindra les 850 000 $. On a prévu une série d'activités publiques permettant de recueillir des fonds, mentionne Mme Bergeron. La sollicitation directe se poursuit en parallèle.
Comme celle prévue dimanche au commerce Wouf Zone du boulevard Bourque. Entre 11 h et 16 h, les chiens et les humains pourront en effet se faire dorloter en duo. Fido profitera d'un toilettage express, d'une taille de griffes et d'une séance de massage TTouch sous la tente. Les maîtres auront, eux, le loisir de se détendre puisque des massages sur chaise et des manucures seront offerts.
Sans oublier les «savoureux cupcakes que tous», humains et chiens, pourront déguster sur place.
Les massages TTouch seront faits par la spécialiste en la matière, Lucie Leclerc, la toute première francophone au monde à avoir obtenu, en 1997, la certification TTouch, ajoute Mme Bergeron.
Il en coûtera entre 5 et 15 $ par soin selon ce qui sera choisi par les clients à la carte.
À 13h30, un atelier sur le décodage du langage corporel canin sera offert gratuitement.
Organisme sans but lucratif, la SPA de l'Estrie accueille annuellement plus de 5000 animaux dans le besoin. Depuis sa fondation, en 1978, ses services se sont multipliés et, parallèlement, les besoins et aspirations des gardiens d'animaux se sont transformés.