Le président de la Société de transport de Sherbrooke, Marc Denault, croit que le port du masque dans le transport en commun doit être fortement encouragé.
Le président de la Société de transport de Sherbrooke, Marc Denault, croit que le port du masque dans le transport en commun doit être fortement encouragé.

Le président de la STS encourage le port du masque

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
La sécurité sera mise à l’avant-plan pour la relance du transport en commun.

Le président de la Société de transport de Sherbrooke, Marc Denault, croit que le port du masque dans le transport en commun doit être fortement encouragé.

« Pour le moment, l’achalandage dans les autobus permet de respecter la distanciation de deux mètres. Cependant, lorsque les usagers seront de retour en grand nombre, il faudra l’avoir à portée de main », croit Marc Denault qui a constaté de visu le faible achalandage dans les autobus de la STS, mercredi matin, en prenant place dans un autobus.

Ce dernier croit qu’il faut rester prudent relativement à une obligation du port du masque dans les autobus de la STS.

Il rappelle qu’un chauffeur doit s’occuper de la perception du droit de passage ou de la vérification des titres, de suivre le circuit et de conduire de façon sécuritaire.

« Si l’on ajoute cette obligation du port du masque, qui sera responsable de faire appliquer la mesure? Il y a tout cet aspect de sécurité tant du chauffeur que des usagers qu’il faut considérer », rappelle Marc Denault.

Le président de la STS rappelle que même si les autobus sont nettoyés de façon plus fréquente, les usagers sont invités à avoir avec eux du gel désinfectant.

« Il en va de la sécurité de tous. Il y a une question de respect de garder les deux mètres de distance. Les gens doivent aussi se responsabiliser avec le port du masque », mentionne Marc Denault.

Le conseil d’administration de la STS doit adopter une série de mesures concernant la relance en toute sécurité du transport en commun. Elles devraient être présentées, jeudi matin.

« La priorité tant pour nos usagers que nos employés demeure la sécurité », mentionne le président de la STS.

Transport scolaire

L’ajout de parois autour du conducteur des autobus scolaires représente la clé de la sécurité pour le président du secteur transport scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Stephen Gauley.

« Avec les parois, tout le monde est de retour au travail. Nous avons moins besoin de nous poser de question avec le port du masque parce que nos chauffeurs sont ainsi protégés. Ce sont les compagnies qui n’ont pas installé de parois qui se retrouvent avec certaines difficultés », indique M. Gauley.

Ce dernier signale que le retour en classe se passe bien malgré le fait que certains chauffeurs doivent faire deux trajets pour la même école.

« Ça se déroule bien dans l’ensemble », signale Stephen Gauley.