Sylvain Gaudreault
Sylvain Gaudreault

Le PQ à Sherbrooke: Gaudreault lance une flèche à l'humoriste Guy Nantel

SHERBROOKE, Qc - Pour devenir chef du Parti québécois (PQ) et éventuellement aspirer à devenir premier ministre, il faut avoir une connaissance de l'administration publique et de la gouvernance de l'État.

C'est le message lancé par le candidat à la direction du PQ, Sylvain Gaudreault, jeudi.

À LIRE AUSSI: L'environnement comme tremplin pour le PQ

En mêlée de presse à Sherbrooke, il répondait à des questions sur l'éventuelle candidature de l'humoriste Guy Nantel.

Or pas plus M. Nantel que les autres candidats confirmés ou pressentis à la direction du PQ n'a d'expérience dans la gestion de l'État québécois.

Paul St-Pierre Plamondon et l'historien et professeur Frédéric Bastien ont annoncé qu'ils se lançaient dans la course au PQ, tandis que l'avocat spécialisé en immigration Stéphane Handfield, est pressenti aussi pour emboiter le pas, mais ni l'un ni l'autre n'a déjà été élu à l'Assemblée nationale.

M. Gaudreault a assuré qu'il ne voulait pas disqualifier personne, mais qu'il fallait quand même avoir une certaine expérience de l'administration et la compréhension des différentes ficelles de l'État, pour reprendre ses mots.

Il a rappelé qu'il a lui-même déjà été ministre avec deux portefeuilles importants, les Transports et les Affaires municipales, en plus d'être député depuis 2007.

Les élus péquistes sont réunis à Sherbrooke pour préparer la rentrée parlementaire de la semaine prochaine.

+

Une candidate à la direction est toujours possible, selon Hivon

Une candidature féminine à la direction du Parti québécois (PQ) est toujours possible, estime la députée péquiste Véronique Hivon.
Actuellement les candidats officiels ou pressentis sont tous des hommes, mais des surprises peuvent survenir, a laissé entendre la députée de Joliette, jeudi.
Elle s'exprimait en mêlée de presse en marge de la réunion des élus péquistes qui préparent la rentrée parlementaire et discutent de la course à la direction.
Pressentie pour se lancer après avoir dû se désister en 2016 lors de la dernière course, Mme Hivon avait fait savoir rapidement qu'elle passait son tour cette fois.
La campagne à la direction du PQ doit être lancée officiellement samedi, mais Mme Hivon ne désespère pas de voir une femme se lancer dans la course pour succéder à Jean-François Lisée.
La date de la fin des mises en candidature n'est pas encore arrêtée et sera d'ailleurs fixée samedi au cours d'une réunion d'une instance du PQ.