Le pont Jacques-Cartier devrait rouvrir vers la fin de cette semaine.

Le pont Jacques-Cartier près d’une réouverture

Le pont Jacques-Cartier devrait rouvrir vers la fin de cette semaine. Les travaux relevant de la Ville sont terminés et l’échéancier, qui fixait la fin des travaux au 31 mai, relève du ministère des Transports.

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, mentionne que l’ouverture pourrait même survenir plus tôt que prévu. « Le MTQ nous disait que l’ouverture pourrait se faire quelques jours d’avance. La circulation se fera ensuite avec des voies réduites, soit une voie dans chaque direction. La circulation sera permise en tout temps pour les cyclistes et les piétons. L’entrepreneur devrait travailler davantage sous la structure. »

À lire aussi: Chantier routier : 43 contraventions dans le secteur Bertrand-Fabi

Campagne pour la sécurité près des chantiers

La Ville de Sherbrooke lance une campagne de publicité pour le respect de la signalisation sur les chantiers de construction. Trois capsules ont été préparées et seront diffusées dans les médias traditionnels, sur les médias sociaux et au cinéma, avant la diffusion des films. 

La campagne vise entre autres à rappeler aux automobilistes de ralentir et de faire preuve de prudence et de patience près des chantiers routiers. Elle rappelle dans le même sens que les limites de vitesse peuvent être modifiées lors de travaux.

« L’année dernière, nous avons plusieurs incidents qui ont été rapportés avec des signaleurs, dont un qui s’est fait foncer dedans. Les signaleurs se font régulièrement crier après par les gens impatients. Ça arrive fréquemment. C’est pour ça que les travailleurs ont souvent une caméra GoPro sur leur casque », rapporte Caroline Gravel.

Aucun incident n’a été rapporté jusqu’à maintenant cette année. 

Fouilles archéologiques

De nouvelles fouilles archéologiques devront être menées dans le secteur des Grandes-Fourches en prévision de la construction du nouveau pont. Quelques artéfacts auraient été trouvés dans les fouilles de 2018 et pourraient nécessiter des fouilles supplémentaires. Ces activités sont prévues cet été et ne devraient pas retarder le chantier. Le début de la construction du pont est prévu au plus tôt en janvier ou février 2020.

Un appel d’offres a par ailleurs été lancé pour des fouilles à réaliser cet été dans le prolongement de la rue des Grandes-Fourches, soit dans le secteur du Bingo Abénaquis vers la rue Terrill. Il s’agira de creuser 17 tranchées pour réaliser un inventaire du sol à partir de la mi-août. Si les trouvailles nécessitent des fouilles plus poussées, elles seront réalisées par la suite, en même temps que les potentielles fouilles complémentaires à celles de 2018. La Ville a une obligation de documenter ses trouvailles, mais n’a pas une obligation de préservation.

Station du Dépôt

La Ville négocie toujours avec le gouvernement du Québec pour éviter de rembourser la subvention qu’elle avait obtenue pour la construction de la station du Dépôt. Même si les autobus seront déplacés vers la rue King Ouest au mois d’août, la Ville argue que la construction d’une station multimodale respecte les principes du programme de subvention pour lequel des sommes lui avaient été versées. Le montant à rembourser se situerait entre 400 000 et 800 000 $. 

« La STS a rencontré le ministère des Transports dans les dernières semaines. L’ouverture est très bonne au MTQ. Les éléments ne sont pas tous attachés, mais les gens que nous avons rencontrés doivent s’informer. Nous leur avons présenté ce que nous aimerions faire. Avec ça, ils iront au gouvernement pour voir s’il est possible de ne pas retourner la subvention que nous avons obtenue », dit Mme Gravel.

Quel que soit le sort de la subvention, les autobus retourneront sur la rue King Ouest le 19 août. 

Boisé Fabi

La Ville n’a toujours pas statué à savoir si une rue traversera bel et bien le boisé Fabi comme elle l’avait prévu dans les plans de développement de ce secteur. « Nous avons fait plusieurs rencontres avec les élus et les promoteurs. J’ai reçu les quatre scénarios et leurs coûts la semaine dernière et nous devrions présenter ça aux élus dans les prochaines semaines. Dans les plans initiaux, la rue passait à travers le boisé. »

L’un des quatre scénarios est la construction d’une rue avec les conduites d’égout sous la rue. « Techniquement il est impossible de ne pas construire les conduites d’égout. Il faudra assurément couper les arbres sur une largeur de sept mètres pour passer la servitude. »