Le parc éphémère annoncé lors de la relance du Quartier Well Sud, en juin, devrait être inauguré à la fin du mois de juillet.

Le parc éphémère prendra vie bientôt sur Wellington Sud

Le parc éphémère attendu sur la rue Wellington Sud, sur le terrain laissé vacant depuis la démolition du Maysen Pub, pourrait être inauguré vers la fin du mois. Il devrait comprendre une petite scène de spectacles, des espaces de repos et une installation artistique imaginée par l’artiste Adèle Blais.

Selon l’échéancier préparé par la Ville, la préparation du terrain et l’aménagement d’une scène extérieure sont prévus cette semaine. L’ajout d’une terrasse surviendrait la semaine prochaine et l’implantation de mobilier de même que les aménagements d’horticulture viendraient durant la semaine du 23. Rappelons que l’aménagement de ce parc a été annoncé au début de juin.

La propriétaire du Liverpool, Annie Faucher, s’inquiétait en début de semaine de ne pas encore voir de parc sur Wellington Sud. « Ça serait l’fun de l’avoir avant qui neige mettons », écrivait-elle sur Facebook.

« On me dit que le parc serait là jusqu’au mois d’octobre. Dans un monde idéal, nous l’aurions eu tout l’été, mais il est vrai que le Sherblues avait fait une demande très tôt dans l’année pour pouvoir utiliser le terrain. Ç’a retardé l’aménagement un peu », explique-t-elle.

Mme Faucher affirme avoir vu les croquis de la place publique. « Sur papier, c’est beau. Il y a une petite scène pour les prestations improvisées, du mobilier urbain, une petite terrasse et tous les bacs à fleurs de béton seront repeints par le groupe Amalgam aux couleurs du Quartier Well Sud. C’est le début de quelque chose pour habiller ce terrain vacant. Je suis satisfaite de ce que j’ai vu. »

Les panneaux servant à placarder l’Hôtel Wellington seront aussi décorés. L’espace éphémère s’adaptera au fur et à mesure que les commentaires des citoyens se feront entendre. Tout le mobilier du parc sera démontable et réutilisable, si bien qu’un parc éphémère pourrait voir le jour ailleurs l’an prochain.

Selon Annie Faucher, l’achalandage spontané est faible cette année dans les commerces du centre-ville et l’arrivée d’un nouvel espace public sera la bienvenue.

Projection de photos

Un élément phare de la place publique temporaire pourrait être le conteneur ouvert au public dans lequel l’artiste Adèle Blais compte projeter des photos de Sherbrooke. « J’ai demandé aux citoyens de tous les âges de prendre des photos du centre-ville. J’ai réalisé que les gens ont peur d’aller au centre-ville pour plein de mauvaises raisons. Je veux donc les amener à prendre leur ville en photo. Nous avons créé un comité de sélection qui choisirait les 12 meilleures photos pour en faire un calendrier qui pourrait être distribué aux citoyens. »

Les photos n’ont pas besoin d’être artistiques, fait valoir Adèle Blais. « Je suis allée passer 20 minutes sur la rue Alexandre et j’ai fait des photos vraiment spectaculaires. J’ai aussi fait de super belles rencontres. Si on prend le temps de venir se promener au centre-ville, il y a des petits coins formidables qui permettent de revivre notre ville différemment. »

Mme Blais aimerait utiliser l’application Instagram pour inciter les touristes à partager leur photo également.

Des pique-niques sont déjà organisés le vendredi midi sur le site du futur parc. « C’est un endroit super inclusif où on se rencontre. » Des ateliers de peinture pourraient aussi y être offerts.

Un collectif d’artistes, dont Adèle Blais, s’est d’ailleurs installé dans des bureaux du centre-ville pour organiser des activités pour Sherbrooke. « Nous sommes en train de faire imprimer des t-shirts à l’image de la ville. Nous avons retrouvé le logo vintage de Sherbrooke. Je suis allée à Montréal avec les élus le 8 juin pour voir des projets de revitalisation et il m’apparaissait évident que tous les projets commencent par des artistes, parce que ça crée une âme. Je pense qu’on peut faire à Sherbrooke quelque chose de semblable à Burlington. »