Le nombre de cas de coqueluche en forte hausse

Les autorités signalent une forte augmentation du nombre de cas de coqueluche dans la région.

Depuis le début de l’année 2019, 24 cas ont été signalés sur le territoire du CIUSSS de l’Estrie – CHUS. La moyenne des cinq dernières années pour la même période est de 12 cas.

À lire aussi: Un cas de coqueluche à l’école Sacré-Coeur

La coqueluche est une maladie très contagieuse qui se caractérise par de fortes quintes de toux. Elle est causée par une bactérie voyageant dans les gouttelettes projetées dans l’air par une personne infectée, lorsque celle-ci tousse ou éternue, rappelle-t-on.

«La vaccination est le meilleur moyen de se protéger contre la coqueluche. Le vaccin est efficace à 85 % lorsque l’ensemble des doses ont été administrées», soutient le CIUSSS dans un communiqué de presse diffusé  mardi matin.

«Il permet non seulement de diminuer le risque de développer la maladie, mais aussi de réduire la gravité des symptômes et la fréquence des complications.»

Si un enfant a été en contact avec une personne qui affectée, on doit communiquer avec Info-Santé pour connaître les mesures préventives à appliquer, ajoute-t-on

«La vaccination des femmes enceintes est efficace pour prévenir la coqueluche chez les bébés. Elle prévient 90 % des hospitalisations et 95 % des décès liés à cette infection chez les bébés de moins de trois mois», souligne-t-on.

«Pendant la grossesse, l’administration du vaccin contre la coqueluche permet aux anticorps d’être directement transmis au bébé par le placenta, ce qui le protège dès la naissance jusqu’à sa propre vaccination.» 

Le Programme d’immunisation du Québec prévoit la vaccination lors de la petite enfance (2, 4, 6 et 18 mois), à la maternelle, au secondaire 3, à 10 ans (après la dose reçue en secondaire 3), lors de chaque grossesse (idéalement entre la 26e et la 32e semaine) et pour les femmes enceintes et enfants âgés de moins d’un an, énumère-t-on.