Un autre accident est survenu samedi dernier à l’intersection des routes 220 et 249.

Le MTQ interviendra à l’intersection 220-249

Le ministère des Transports (MTQ) n’attendra pas les conclusions de ses experts pour intervenir à l’intersection des routes 220 et 249. Des changements au marquage de la chaussée et à la limite de vitesse seront apportés dans les prochaines semaines en attendant un possible réaménagement à moyen terme.

Rappelons qu’un autre accident est survenu à cette intersection problématique la fin de semaine dernière, quelques jours seulement après que des citoyens eurent contacté La Tribune pour dénoncer l’inaction du MTQ.

À LIRE AUSSI: Une autre collision à l'intersection des routes 220 et 249

Intersection 220 et 249: des citoyens s’impatientent

« Le Ministère travaille sur une solution durable, mais il a décidé de mettre en place quelques interventions, notamment du marquage. Nous avancerons les lignes d’arrêt sur la route 249 pour que les automobilistes aient besoin de moins de temps pour s’insérer dans la circulation », explique Dominique Gosselin, porte-parole à la direction régionale du MTQ. La visibilité sera ainsi améliorée.

Un îlot déviateur hachuré sera peint au milieu de la chaussée sur la route 220. L’accotement subira le même sort pour délimiter davantage les zones de roulement et canaliser la circulation. « Une bonne partie des accidents surviennent à l’approche est parce que des véhicules empruntent la voie de virage à droite pour continuer tout droit », mentionne Mme Gosselin. Cette manœuvre dangereuse est souvent effectuée pour contourner les automobilistes qui s’immobilisent en attendant de pouvoir tourner à gauche.

Réduction de la vitesse

Une intervention, qui elle, pourrait être permanente, sera la réduction de la limite de vitesse de 90 à 70 km/h sur une distance d’environ 800 m sur la route 220. Un panneau annoncera le changement prochain de la limite de vitesse. Il faudra une trentaine de jours avant que le ralentissement devienne obligatoire.

Pourquoi ne pas implanter des arrêts toutes directions, à tout le moins de façon temporaire, pour réduire les risques d’accident ? « Il est vrai que cette solution peut sembler facile, mais ce n’est pas possible à court terme. Cette intervention exigerait l’ajout d’un îlot de béton au centre de la chaussée pour que l’arrêt soit bien visible. Il faudrait aussi faire des travaux électrotechniques parce que des panneaux clignotants “Préparez-vous à arrêter” seraient nécessaires. Dans une zone où la vitesse est élevée, il faut éviter que les usagers de la route soient surpris par une nouvelle signalisation », explique Dominique Gosselin. 

L’ajout d’arrêts fait toutefois partie des travaux considérés par l’équipe d’expertise en conception routière qui étudie des options durables pour réduire la vitesse à cette intersection. Les résultats de leur étude sont attendus cet automne. Le déplacement de l’intersection et la construction d’un carrefour giratoire sont aussi considérés. 

Entre 2010 et 2018, au moins 31 accidents ont été recensés à cette intersection, dont trois avec des blessés graves.