Valoris a augmenté à la fin mai ses tarifs de 104 $ la tonne pour les matières destinées à l’enfouissement. Pour la Ville de Sherbrooke, cette majoration entraînera des dépenses supplémentaires de plus de 3 M$ par année.

Le dossier de Valoris reporté

Le dossier de Valoris, qui devait être présenté au conseil municipal lundi, a été reporté. Impossible de connaître les différents scénarios pour l’avenir du centre de valorisation des matières résiduelles. Impossible, aussi, de savoir comment la Ville absorbera les dépenses supplémentaires engendrées par l’ajustement des tarifs pour la gestion des déchets. Le maire Steve Lussier rapporte néanmoins que les différents scénarios ont été soumis aux élus.

Rappelons que Valoris a augmenté à la fin mai ses tarifs de 104 $ la tonne pour les matières destinées à l’enfouissement. Pour la Ville de Sherbrooke, cette majoration entraînera des dépenses supplémentaires de plus de 3 M$ par année. Steve Lussier avait indiqué qu’il proposerait un portrait de la situation et le budget révisé à la séance du conseil municipal du 3 juin. Le conseiller Pierre Tremblay, lui, a déploré la fin de semaine dernière que les élus n’aient pas accès à l’avance à la présentation concernant Valoris.

« Plusieurs scénarios ont été établis avec les personnes du conseil. Il y aura un vote dans les semaines à venir, probablement avant les congés d’été », rapporte M. Lussier.

Deux séances du conseil municipal sont à l’horaire avant lesdits congés, soit le 17 juin et le 2 juillet.

Si M. Tremblay a déploré manquer de temps pour alimenter sa réflexion, Steve Lussier a indiqué n’avoir jamais vu son collègue dans les réunions de Valoris. « Une partie de notre conseil d’administration est public et parce qu’il est élu, il pourrait probablement rester pour l’ensemble du C.A. »

Pierre Tremblay a écrit sur sa page Facebook que le dossier de Valoris était à l’ordre du jour lundi, mais qu’il a été reporté parce que les élus n’avaient pas toute la documentation pour se prononcer de façon éclairée. « Soyez sans crainte, le dossier fera l’objet d’une analyse très sérieuse et des décisions importantes seront prises avant la fin de l’été. Vous pouvez compter sur moi pour suivre l’évolution de ce dossier de très près et pour prendre les meilleures décisions dans votre intérêt », écrit-il.

Entre-temps, les citoyens peuvent visiter les installations de Valoris à Bury le samedi 8 juin. Des groupes amorceront la visite à 8 h 30, 9 h 30 et 10 h 30. Une inscription est obligatoire soit par téléphone, par courriel, ou en remplissant le formulaire sur le site internet de Valoris. Il est recommandé de porter des souliers fermés et des pantalons pour l’activité.


«  Soyez sans crainte, le dossier fera l’objet d’une analyse très sérieuse et des décisions importantes seront prises avant la fin de l’été.  »
Steve Lussier, maire de Sherbrooke

Surplus accumulés

Une des options envisagées pour éponger la hausse des prix à Valoris sera sans doute de piger dans les surplus accumulés de la Ville de Sherbrooke, qui se chiffrent à 13,2 M$. Le bas de laine des Sherbrookois a toutefois fondu de 900 000 $ au cours de la dernière année et la marge de manœuvre demeure mince. La conseillère Annie Godbout a d’ailleurs formulé des inquiétudes en ce sens lundi soir au conseil municipal.

« Il faut toujours être prudent avec le surplus. Je suis d’accord avec les propos tenus au conseil, mais en même temps, ça ne sert à rien de surtaxer les citoyens », dit Steve Lussier.

Lundi, lors de la présentation du rapport financier, on apprenait que la Ville s’en tirait avec des surplus notamment en raison des revenus imprévus générés par Hydro-Sherbrooke. Une hausse de taxe pointe-t-elle à l’horizon pour renflouer les coffres ? « Nous ne nous avancerons pas par rapport aux taxes pour le moment. Nous verrons ce qui se fera comme surplus. Nous avons été plus prudents cette année dans les dépenses excédentaires. »

La Ville a aussi un objectif d’optimisation de 2,6 M$ en 2019 et un rapport d’étape devrait être présenté bientôt au conseil municipal à ce sujet.