Annie Godbout

Le dg adjoint s'excuse auprès d'Annie Godbout

Le directeur général adjoint de la Ville de Sherbrooke, René Allaire, a adressé des excuses publiques à la conseillère Annie Godbout lundi, pour la teneur de ses propos au conseil municipal du 18 avril.
René Allaire
«Il n'a jamais été question, Annie, de faire entrer les camions par Mi-Vallon. Je ne sais pas pourquoi tu maintiens ça comme discours», avait-il répondu à une question de l'élue sur les travaux projetés pour la construction du boulevard René-Lévesque.
«J'aimerais présenter mes excuses à Mme Godbout et à tous les membres du conseil municipal pour la façon dont j'ai répondu à une question de Mme Godbout à la séance publique du 18 avril dernier. L'attitude que j'ai eue envers Mme Godbout n'est pas en respect du poste que j'occupe depuis 15 ans à la Ville de Sherbrooke. Encore une fois, veuillez accepter mes excuses publiques et merci de votre compréhension», a dit M. Allairelundi.
Affirmant ne pas être rancunière, Annie Godbout assure que les relations sont bonnes avec le directeur général adjoint et accepte les excuses qu'il lui a présentées.
«C'était tout à fait approprié de recevoir des excuses. Plusieurs citoyens ont pu voir la vidéo ou entendre les extraits audios [du 18 avril]. Je pense que le respect des élus est important. Ce que je n'avais pas apprécié était le ton, mais aussi de ne pas avoir dit exactement ce qui s'était dit en séance d'information publique [sur le boulevard René-Lévesque]. On m'a fait passer pour quelqu'un qui n'avait pas bien compris les explications qu'on avait livrées aux citoyens. Les citoyens se sont sentis insultés. Je prends le commentaire pour tous les citoyens qui se sont sentis insultés comme moi. Maintenant, nous attendrons aussi les excuses de M. [Pierre] Harvey.»
Annie Godbout fait référence au consultant de la firme Harvey International qui a critiqué les élus dissidents dans l'octroi du contrat qui lui était destiné.
«Je suis quelqu'un qui fait la part des choses. Je ne suis pas rancunière. Il s'est excusé alors c'est correct.»