Maxime Chénard

Le concierge de l’école Sacré-Cœur sera jugé en avril

Le concierge de l’école primaire Sacré-Cœur arrêté dans une affaire de leurre informatique subira son procès en avril prochain.

Par la voix de son avocat Me Christian Raymond, lundi, Maxime Chénard a demandé et obtenu une date de procès « la plus rapprochée possible. »

L’individu de 35 ans est accusé d’avoir communiqué avec une personne âgée de moins de 16 ans pour faciliter une infraction à caractère sexuel.

Les gestes reprochés se seraient produits à Sherbrooke entre le 7 mai et le 29 juin 2019.

Le concierge qui travaille à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) depuis neuf ans a été arrêté en novembre dernier.

Sous le coup d’un mandat d’arrestation, il s’était présenté de lui-même au quartier général du Service de police de Sherbrooke (SPS).

La plaignante dans ce dossier est âgée de moins de 16 ans. On ignore si cette personne fréquente l’école du Sacré-Cœur.

Le 24 avril prochain, les témoins seront assignés à la barre par la procureure aux poursuites criminelles, Me Marilène Laviolette, au palais de justice de Sherbrooke.

Au cours des derniers jours, Maxime Chénard a signé certaines admissions de façon à restreindre le débat.

« C’est une question factuelle qui est au cœur du litige », explique Me Raymond.

Maxime Chénard avait été remis en liberté à la suite de sa comparution sous promesse de respecter des conditions sévères telles que de ne pas avoir accès à internet et de ne pas être en contact avec des personnes mineures.

La peine minimum pour une accusation de leurre informatique est une détention de six mois.

Maxime Chénard a été suspendu sans salaire.

La CSRS avait déployé une équipe de professionnels à la suite de l’arrestation de Maxime Chénard et le personnel de l’école a été rencontré pour les informer des évènements.