Plus de 400 activitées ont été présentés au Centre de foires depuis 2011.

Le Centre de foires prend les plaintes au sérieux

Les tarifs du Centre de foires seront majorés de 2 % par année jusqu’en 2024. La révision de la grille tarifaire adoptée lundi constituait également pour la Ville une occasion de chercher des façons de répondre aux plaintes de ses clients.

« Nous avons étudié différentes plaintes pour savoir où nous pouvons nous améliorer. Il y a beaucoup de projets qui ont été présentés depuis 2011, soit plus de 400 activités. Ce sont sept promoteurs qui ont formulé une plainte officielle qui concernait dix salons », résume la présidente de Destination Sherbrooke, Annie Godbout.

Les plaintes portaient entre autres sur les coûts trop élevés, les services déficients, la tenue d’un souper coopératif en même temps que leur événement ou le changement de date pour un événement récurrent, par exemple. Mais si les prix sont trop élevés, est-il justifié d’adopter une majoration de 2 %?

« Nous avons fait une étude de balisage à travers le Québec. Nous ne sommes pas plus élevés qu’ailleurs. Nous sommes dans les normes et même que certains services sont moins chers qu’ailleurs. Nous sommes compétitifs dans le marché », assure Mme Godbout.

Il sera donc demandé à l’équipe du Centre de foires de mieux gérer les attentes des promoteurs. « Nous devons bien les préparer aux coûts potentiels. Il peut y avoir des surcharges pour des imprévus. Il faut les aider à bien planifier leur événement et si on voit qu’ils n’ont pas les reins assez solides, on crée un partenariat avec la Ville pour étudier d’autres lieux potentiels, comme le Centre Julien-Ducharme, pour tenir des événements de plus petite portée. Un Centre de foires est un outil de développement économique pour des événements à portée régionale. »

Le document rendu public par la Ville lundi démontre par ailleurs que la plupart de plaintes pour le coût de la location provenait de promoteurs qui avaient l’habitude d’utiliser l’espace du Centre Expo Sherbrooke, où les tarifs étaient inférieurs.

À noter que l’équipe du Centre de foire distribue désormais un sondage aux promoteurs après la tenue de leur événement pour prendre le pouls de l’expérience vécue.

Le conseiller Rémi Demers a jugé l’initiative intéressante

Toujours selon les documents rendus publics par la Ville, le tarif quotidien pour la location d’une salle pour un événement était inférieur à Sherbrooke par rapport à Drummondville et Québec en 2018.

Enfin, pourquoi adopter une grille tarifaire jusqu’en 2024? Plusieurs événements se négocient longtemps d’avance, lit-on dans un document municipal. Destination Sherbrooke serait déjà en négociation avec certains promoteurs pour des événements futurs.