Le Cégep de Sherbrooke et la Société de transport de Sherbrooke (STS) bonifient leur offre auprès du personnel du campus, en offrant un rabais pouvant aller jusqu’à 55 % du tarif mensuel en vigueur.

Le Cégep veut inciter ses employés à emprunter le transport en commun

Le Cégep de Sherbrooke et la Société de transport de Sherbrooke (STS) bonifient leur offre auprès du personnel du campus, en offrant un rabais pouvant aller jusqu’à 55 % du tarif mensuel en vigueur.

Le programme s’adressant aux employés existe depuis plusieurs années déjà. 

« À l’époque, c’était 10 % de rabais pour la STS et 10 % offerts par le Cégep. Maintenant, pour les abonnements annuels, au total on a 55 % de rabais pour les utilisateurs, et 50 % pour les autres programmes, comme pour les enseignants qui ont un statut précaire. Il y a un volet actif pour ceux qui souhaitent utiliser le vélo ou venir travailler à pied et qui utiliseront l’autobus du 1er novembre au 30 avril », indique Manon Desaulniers, directrice des ressources matérielles et financières au Cégep.

Le programme comptait seulement cinq ou six participants. Depuis la bonification, le nombre est grimpé à 10.

Sans oser fixer d’objectifs précis, Mme Desaulniers note que l’équipe aimerait bien voir ce chiffre grimper à 25, minimalement. 

En plus de réduire l’empreinte écologique de l’établissement, la mesure vise aussi à réduire la pression sur les stationnements.

« L’offre de stationnement ne répond pas à l’ensemble des demandes que l’on reçoit », note Mme Desaulniers. 

Selon une étude réalisée par le Centre de mobilité durable de Sherbrooke (CMDS), 73 % des membres du personnel du Cégep résident sur le territoire de Sherbrooke. Du nombre, environ 60 % demeurent à moins de 400 mètres d’un circuit desservant directement le campus. 

« Au Cégep, l’empreinte écologique des transports représente une part très importante de nos impacts environnementaux. L’utilisation du transport en commun permettra aux employés de réduire de 70 % leurs émissions annuelles de gaz à effet de serre pour se rendre au travail. Nous souhaitons donc que ce programme amélioré permette à notre personnel d’opter pour un transport plus écologique », indique Mme Desaulniers. 

Selon la directrice générale Marie-France Bélanger, de la promotion sera faite pour mieux faire connaître le programme. 

« Il y a toutes sortes de stratégies pour inciter les gens à utiliser davantage le transport en commun, par exemple, proposer des circuits et dire : tu restes dans tel coin, ça risque de te prendre 10, 20 minutes en autobus. On veut informer davantage les gens pour qu’ils sachent à quoi s’en tenir », note Mme Bélanger. 

Formule flexible

L’institution offre trois types d’abonnement, annuel, semestriel ou par session, selon les besoins particuliers ou le statut des adhérents. 

Présidente du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS-CSN), elle-même abonnée au programme, Julie Dionne indique que cette formule est maintenant beaucoup plus flexible. 

Du côté de l’Université de Sherbrooke, un an après avoir mis en place un programme pour ses employés, l’UdeS dénombre maintenant 260 abonnements à Sherbrooke et 76 à Longueuil.

En janvier 2019, 180 employés y participaient sur le campus de Sherbrooke.

La contribution de l’UdeS afin d’encourager un employé à temps plein à adopter les transports en commun est de l’ordre de 50 $ par mois. « La contribution de l’employeur, combinée au rabais octroyé par la Société de transport de Sherbrooke », « permet d’offrir un titre mensuel d’abonnement » à environ 17 $ pour l’ensemble des employés à temps plein. 

L’objectif est d’en arriver à 300 inscriptions à Sherbrooke et 100 à Longueuil en 2022. L’UdeS emploie un peu plus de 7000 employés.