Plusieurs dizaines de personnes ont profité des rabais des Soldes d’Après-Noël du Best Buy.
Plusieurs dizaines de personnes ont profité des rabais des Soldes d’Après-Noël du Best Buy.

Le Boxing Day a toujours la cote [VIDÉO]

Plusieurs dizaines de personnes ont fait la file, jeudi midi, devant le Best Buy de Sherbrooke. Cette année, les télés de 75 pouces ont été particulièrement prisées des consommateurs. Ceux-ci étaient servis par pas moins de 92 employés, répartis un peu partout dans le magasin.

Selon Christian Houde, leader adjoint au Best Buy de Sherbrooke, les gens viennent plus à la dernière minute pour faire la ligne. « J’ai commencé il y a 19 ans pour Future Shop ou Best Buy. Ça n’a pas tant changé, l’engouement reste le même. La préparation demeure également la même. On a commencé il y a trois semaines pour le Boxing Day. Les files d’attente restent les mêmes d’année en année. C’est toujours surprenant de voir la quantité de gens qui font la file et qui attendent pour les rabais intéressants », a-t-il confié à La Tribune quelques secondes avant d’ouvrir les portes du magasin. 

Malgré la pénurie de main-d’œuvre, les patrons du Best Buy n’ont pas peiné à trouver des employés : 92 personnes arboraient fièrement leur chandail bleu, jeudi. D’entre eux, une quarantaine de saisonniers sont engagés en octobre et terminent en janvier. « C’est l’année où on a engagé le plus de saisonniers pour cet événement. [...] D’année en année, on tente de s’ajuster. L’an dernier, ç’a levé pas mal », exprime-t-il, ajoutant que des rabais étaient affichés dans tous les départements.

Le tout premier client de la lignée, Abdil Altufali, est arrivé à midi, alors que le magasin ouvrait à 13 h. « Je recherche un ordinateur portable. S’il y a quelque chose pour la cuisine à bon prix, je suis aussi preneur », dit celui qui participe à tous les Soldes d’Après-Noël depuis une dizaine d’années.

Antoine Blier magasinait un 26 décembre pour la toute première fois afin de se procurer un iPad. « J’imagine qu’il y aura de bons rabais. Je suis arrivé à midi et cinq, je pensais qu’il y allait avoir plus de monde. Il ne fait pas trop froid », a-t-il mentionné à La Tribune avant que les portes ouvrent. 

Pierre-Yves Mathieu-Rocheleau a également profité des rabais. « Je suis allé m’acheter des jeux vidéo et un fil de cellulaire. C’était de bons rabais. Un jeu coûtait 40 $ la semaine dernière et je l’ai eu à 19,99 $. Je venais juste au Best Buy. J’attendais dans mon auto depuis midi et demi. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de monde d’avance comme ça », raconte-t-il. 

Au Carrefour de l’Estrie, le stationnement était encore plein cette année en début d’après-midi. Katamy Patterson a profité des soldes du lendemain de Noël pour magasiner des vêtements. « Je n’y participe pas tant. C’est la première fois que je viens à Sherbrooke pour le Boxing Day : je viens de Drummondville. Il y a plus de choses pour les jeunes ici. Il y a de bons rabais! J’ai économisé entre 15 et 20 $. Ce n’est pas la cohue, je m’attendais à pire lorsque j’ai vu le nombre de voitures dans le stationnement. Dans les magasins, ça va », résume-t-elle. 

L’électronique local, ça existe

Les friands d’électronique profitent souvent du Boxing Day pour trouver des rabais considérables sur des articles électroniques comme des ordinateurs. Certains magasinent en ligne, d’autres vont visiter les grandes chaînes. Cependant, les magasins locaux offrent eux aussi des rabais considérables.

Sébastien Morin travaille chez Ordinausore depuis 18 ans. Celui qui occupe le titre de gérant offrait des rabais, jeudi.

C’est le cas d’Ordinausore, qui offrait des rabais du lendemain de Noël. « Ici, les taxes sont incluses pour certains produits sélectionnés. On a des produits à moitié prix, des portables à rabais et des tours à rabais. J’ai pas mal de bons marchés pour les clients qui vont se présenter en magasin », énumère le gérant chez Ordinausore, Sébastien Morin.

Est-ce que les gens viennent souvent au magasin le 26 décembre? « C’est assez relatif. J’ai des journées où j’ai cinq ou six personnes à servir en même temps. Parfois, je peux être deux ou trois heures sans voir personne. Le Boxing Day, parfois ça fonctionne, parfois ça ne fonctionne pas. On s’en tire quand même bien », pense-t-il.

Le commerce a affiché de la publicité en vue du lendemain de Noël. « On a notre clientèle habituelle qui vient nous voir, qui a déjà fait son magasinage un peu d’avance. Ils ont tâté le terrain, ils viennent conclure la transaction. On a fait une publicité dans les Publi-Sacs et sur les réseaux sociaux. On va voir si on est capables d’attirer de nouvelles personnes. L’inventaire est assez bien rempli pour l’un des plus petits magasins à Sherbrooke », pense M. Morin. 

Sébastien Morin l’avoue, il ne peut pas se battre contre les géants de l’informatique comme Amazon, entre autres. « Je considère Ordinausore comme un dépanneur informatique. Moi, j’ai de la disponibilité et un service-conseil qui a rarement — ou jamais — sur les services en ligne. Je vois souvent des gens dans l’année qui amène leurs pièces achetées. Parfois, les pièces ne sont pas compatibles, d’autres fois, ils ont payé trop cher pour ce qu’ils ont réellement besoin. En fin de compte, avec les frais de montage que j’inclus dans les machines que je vends, la différence aurait été minime », considère celui qui travaille pour ce commerce depuis 18 ans.