Claudy Charland, technicienne en loisirs, a confectionné des biscuits en compagnie d’un groupe de résidents du CHSLD Argyll, au grand bonheur de ceux qui ont ainsi retrouvé les saveurs et les odeurs de leurs Noël d’antan.

Le bonheur est dans les biscuits !

Il y avait une bonne odeur de biscuits au troisième étage du CHSLD Argyll, un après-midi cette semaine. Un groupe de résidents, en compagnie d’une technicienne en loisirs, s’était réuni pour concocter un petit dessert sucré à décorer avec du glaçage selon l’inspiration du moment en rouge, en vert ou en bleu.

« Ah que j’aime ce genre d’activité! Ça nous met dans l’esprit des Fêtes, et j’adore les Fêtes. C’est le temps de se rassembler, tout le monde en gang. Ma famille vient souvent me visiter. Et j’aime aussi les bons desserts », s’est exclamée Françoise Martin, tout sourire, elle qui réside à Argyll depuis quelques mois.

Partout dans ce centre de soins et d’hébergement de longue durée, on retrouve des sapins, des décorations, des employés portant un bonnet des Fêtes ou une tunique ornée de sapins. Et des activités ayant lieu ça et là tout au long du mois de décembre afin que tous les résidents, peu importe leur condition, puissent participer à au moins une activité du temps des Fêtes.

Au menu : repas de Noël en compagnie de la famille et du personnel, musique, tournées de cartes de Noël, dépouillement d’arbres de Noël dans certains CHSLD, activités régulières sucrées et salées pour goûter le temps des Fêtes, comme le bingo qui peut très bien se faire au son des rigodons.

« Ce qui crée l’esprit des Fêtes dans un établissement comme le nôtre, c’est l’ensemble des efforts fournis par la communauté », soutient Pierrot Richard, chef de service des services professionnels au CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

En effet, personnel, bénévoles, familles et résidents sont appelés à contribuer aux activités. « Quand on décore, on essaie de faire participer quelques résidents. Certains ne peuvent pas participer physiquement, mais ils peuvent dire que ce serait plus beau si c’était posé plus à gauche ou plus à droite », ajoute Pierrot Richard en souriant.

Pénurie de personnel en CHSLD? Qu’à cela ne tienne. « Durant le mois de décembre, il y a quelque chose de spécial dans les CHSLD. Les employés sont vraiment fiers d’aider les résidents à vivre l’esprit de Noël », ajoute M. Richard.
Au coeur des activités des Fêtes, les familles sont les bienvenues.

« Dans chaque unité, nous offrons un dîner de Noël pour les familles afin de recréer des liens festifs autour d’un repas avec de la bonne musique de Noël, comme dans le temps », soutient Pierrot Richard.

Les aléas de l’hiver? Eh oui, il y en a. L’hiver amène son lot de gastros et de cas d’influenza. Une première éclosion de gastro est d’ailleurs en cours au cinquième étage du CHSLD Argyll où le dîner de Noël avec les familles a dû être annulé la semaine dernière.

« C’est justement à cause de ces risques que nous échelonnons nos activités sur un mois », soutient Pierrot Richard.

Mais revenons un instant dans la salle où se font les biscuits.

La bonne humeur est à son comble. Les gens jasent entre eux. Certains demandent un deuxième biscuit. « Voudriez-vous un bon café avec ça? » demande Claudy Charland, technicienne en loisirs, débordante d’énergie.

Et que des « oui, oui, oui! » enthousiastes qui s’élèvent de la salle.

« Moi j’aime les biscuits, mais je suis un peu déçu parce que je préfère le chocolat », s’exclame en rigolant Louis Joyal, qui réside à Argyll depuis trois ans.

Les bienfaits d’une telle activité — qui n’ont pas seulement lieu dans le temps des Fêtes cela dit, car la cuisine fait partie des activités de loisirs régulières dans les CHSLD — ne dureront pas que le temps de pétrir, de faire cuire, de décorer puis de manger les bons biscuits. Les bienfaits dureront bien plus longtemps, assure M. Richard.

« Quand les gens arrivent dans les CHSLD, ce n’est pas nécessairement la période la plus heureuse de leur vie... Mais quand on arrive à les replonger dans les souvenirs d’antan, quand on crée des moments de bonheur, ça laisse un sourire sur leur visage qui peut durer bien plus longtemps que l’activité. Ça c’est bon pour tout le monde : le résident, mais aussi les autres résidents, les familles et les membres du personnel aussi », assure le chef de service.