Plusieurs habitués de la taverne Alexandre tenaient à être présents vendredi après-midi pour recevoir une dernière bière des mains du barman Mario Lauzon qui quitte pour la retraite après 45 années passées derrière des comptoirs de bar sherbrookois. Sur la photo, on aperçoit Éric Habel et Fanny Dallaire.

Le « last call » de Mario

SHERBROOKE — Mario Lauzon a enfilé son nœud papillon et sa chemise orangée de la Taverne Alexandre pour la dernière fois vendredi. À 18 h, celui qui a passé plus de quatre décennies derrière les comptoirs de bar sherbrookois a servi son dernier verre entouré de sa clientèle fidèle et de sa famille.

Déjà, à 15 h, c’était salle comble dans la taverne. « Mario es-tu arrivé? » demandaient plusieurs clients aux autres serveurs. C’est avec le sourire que le principal intéressé a fini par franchir les portes de l’établissement. Et c’est avec un sourire encore plus grand qu’il a entamé une tournée de poignées de main avec tous les clients qui voulaient simplement le remercier pour ses bons services ou encore pour son écoute.

« Ouf, c’est une grande journée pour moi », admet le barman, en entrevue avec La Tribune.

« Je suis content, mais triste également. C’est vraiment la fin d’une époque pour moi. J’ai quand même débuté en 1974! » souligne-t-il.

Si au départ la profession de barman ne représentait qu’un revenu d’appoint pour le Sherbrookois, elle s’est finalement imposée comme une carrière riche et enrichissante.

« C’est le plus beau métier du monde. En 45 ans, je ne changerai pas une ligne de mon histoire. Je me suis beaucoup accompli dans mon travail. »

Surtout, de belles amitiés sont nées au fil des années passées derrière les bars.

« C’est ça le plus beau côté de mon métier, j’en ai fait des belles rencontres. J’ai même rencontré ma femme en travaillant au bar et je suis partie avec », rigole celui qui a servi ses premiers verres à l’Hôtel La Salle.

Au fil des ans, les clients du Coup de foudre, du King Hall, du Pub Saint-Malo et finalement de la Taverne Alexandre ont eu droit au bon service de Mario Lauzon.

« Moi j’ai toujours travaillé fort pour offrir un service personnalisé à la clientèle. Je ne fais aucune discrimation, je respecte tout le monde. Le gars qui vient de la rue prendre une bière ou l’homme d’affaires tout endimanché, j’offre le même service. Je m’intéresse à la personne, au cœur. »

Et s’intéresser aux gens, c’est un peu troquer son tablier pour un habit de psychologue.

« Quand on est à l’écoute des gens, ils te le rendent beaucoup. C’est là que naissent les belles amitiés. Tu deviens leur confident et tu ne trahis jamais leur confiance et c’est comme ça qu’ils reviennent. Si je peux donner un conseil aux nouveaux barmans : laissez votre cellulaire au vestiaire et faites du bar! Prends soin de ton client et il va te le rendre », avise l’homme d’expérience.

En 45 ans, Mario Lauzon a été témoin de plusieurs changements dans l’univers des bars sherbrookois.

« J’ai vécu la transition entre les boites de nuit qui fonctionnaient avec des orchestres et les discothèques. Je peux vous dire que ça n’a pas fait que des heureux dans le domaine. Les messieurs de qui j’ai appris le métier ont pas mal quitté à ce moment, mais moi j’aimais ça », explique-t-il.

Les habitudes des consommateurs ont également changé avec le temps.

« Maintenant il y a une variété immense de produits, mais les clients savent exactement ce qu’ils veulent. Et ils veulent un bon service, rapide », précise le barman qui promet d’être bientôt de retour dans l’établissement de la rue Alexandre.

« Je vais être de l’autre côté du bar quand je vais m’ennuyer du contact avec les gens. Je vais venir chercher un peu d’amour, j’en ai trop eu dans ma vie pour m’en passer », résume Mario Lauzon avant de repartir pour une autre tournée d’accolades bien méritées.