L’enveloppe du bâtiment du 4364 boulevard Bourque changera complètement à partir de la mi-août pour permettre à un commerce de mobilier sur mesure de s’y installer.

L’ancien B.E. sera rénové

La cure de rajeunissement du boulevard Bourque se poursuit dans le secteur Rock Forest. Après l’ouverture des commerces Addison électronique et Starbucks, et la construction de Vélomania, c’est l’ancien Restau-Brasserie Mi-Vallon, au 4364, boulevard Bourque, qui changera de vocation. Un commerce de mobilier sur mesure s’y installera.

Sylvain Lamoureux, propriétaire de Gestion S. Lamoureux, confirme que des travaux seront entrepris le 13 août pour refaire l’enveloppe du bâtiment. « Les rénovations se termineront à la fin octobre. J’ai déjà un locataire pour la moitié de l’immeuble, soit pour 3200 pieds carrés. Il œuvre dans le domaine du mobilier résidentiel sur mesure », précise-t-il sans vouloir dévoiler la bannière. 

Le nouveau commerce devrait ouvrir à l’automne, assurément avant Noël.

Les travaux de rénovation majeurs, évalués à 500 000 $, permettront de remplacer trois des quatre faces extérieures de l’édifice, le mur arrière ayant déjà été rénové. « Le bâtiment ne se ressemblera plus du tout. Nous gardons la structure en acier, les planchers en béton et quelques divisions intérieures », dit M. Lamoureux. 

Le Restau-Brasserie Mi-Vallon, autrefois le B.E., avait fermé ses portes en décembre 2013. Un projet de cabinet de dentiste avait avorté en raison de la contamination du terrain, qui entraînait des démarches légales contre un ancien propriétaire. « Le problème de contamination est encore là, ce qui crée des problèmes de financement, mais il n’y a aucun problème pour l’usage commercial et il n’y a pas de danger pour les utilisateurs. C’est surveillé de très près et c’est très léger comme contamination. Ç’a été long avec les procédures légales, mais il y a eu entente à l’amiable dans la dernière année. Il a ensuite fallu prendre le temps de faire les dessins et de travailler avec les ingénieurs. Nous avons maintenant tous les permis en main. »

M. Lamoureux est convaincu qu’il trouvera un deuxième locataire pour son immeuble. « C’est un quartier très intéressant du point de vue commercial. Il y a 40 000 voitures qui passent ici chaque jour. »

Le terrain voisin du restaurant, toujours vacant, appartient aussi à Gestion S. Lamoureux. Il a d’ailleurs été nivelé dans les dernières semaines. « Je n’ai rien de signé, mais j’ai des prospects », dit M. Lamoureux, qui attend les propositions alléchantes pour un projet commercial à cet endroit.

Le bâtiment à rénover a été construit en 1987 et a une valeur de 302 700 $.