Maxime Lagacé tentera de continuer à faire bonne impression à Vegas.

Lagacé veut se prouver

S’il n’a fait que passer avec le Phœnix en 2014, le gardien des Golden Knights Maxime Lagacé est le premier membre de ce club junior à atteindre la Ligue nationale de hockey. Le cerbère est maintenant clair : il veut obtenir des départs dans la Grande ligue.

De passage à Sherbrooke dans le cadre du tournoi à bout de souffle, Lagacé avoue que les gens de Vegas ne veulent qu’une seule chose : gagner. 

« Je pense que les gens vont s’attendre à l’excellence, affirme le gardien de 25 ans. On a prouvé qu’on était capables de faire de très belles choses. Avec le groupe que l’on a et la mentalité de l’organisation, nous sommes dans la bonne voie. Les gars veulent gagner, entrent sur la glace, jouent ensemble et font du bon travail », analyse-t-il. 

« Mon objectif est d’avoir une belle saison et de montrer ce que je suis capable de faire, poursuit-il. Je veux toujours être en évolution. Je suis à une bonne place pour accomplir ça! »

La saison dernière, l’ancien porte-couleur du Phœnix, des Cataractes, des Screaming Eagles et du Rocket de l’Île-du-Prince-Édouard a pu se faire conseiller par un excellent mentor, Marc-André Fleury. « C’était une belle expérience pour moi, avoue le jeune joueur. Je suis reconnaissant envers les Golden Knights pour la belle saison. De jouer avec une idole de jeunesse, c’était assez spécial. Marc-André est un aussi bon gars sur la glace qu’à l’extérieur », confirme-t-il.

Encore cette année, le cerbère aura l’occasion de partager le vestiaire avec quelques joueurs québécois, tels que Jonathan Marchesseault ou William Carrier. « C’est toujours spécial d’avoir la gang des franchies avec toi. C’est super cool de les côtoyer et ils sont tous gentils. J’aime faire partie du groupe. Nous sommes dans une ville cool, mais il ne faut pas tomber dans l’excès, c’est tout de même la ville du vice. Par contre, c’est une belle ville et c’est du bon monde », décrit le gardien de but.

Tournoi David Perron Attitude Hockey

Selon Lagacé, un tournoi de la sorte n’est pas facile pour un gardien. C’est que le jeu n’arrête jamais; l’arbitre lance la rondelle après un arrêt ou un but. « C’est le fun, ça n’arrête pas. Ce n’est pas toujours facile et il y a d’excellents gardiens. C’est plaisant de voir les gars, de jouer, de voir où ils sont rendus dans leur été. Ça me donne hâte au mois de septembre », déclare-t-il.

De son côté, le joueur des Blues de Saint-Louis David Perron aide les enfants de l’Estrie pour une troisième année. « On est ici pour amasser de l’argent pour ma fondation et pour avoir du fun, de se connaître. Le but de ma fondation est d’aider les jeunes pratiquant différents sports en Estrie », explique-t-il.

De plus en plus de vedettes participent à cet événement. « La première année, nous avions seulement quatre ou cinq joueurs de la LNH, se rappelle Perron. Nous sommes au-dessus de vingt cette année, en plus de Maxime Talbot qu’on ne compte pas dans les joueurs de la LNH, mais qui a au-dessus de 700 parties de hockey professionnelles derrière la cravate. »

« Il y a plein de bonnes raisons de venir ici, analyse-t-il. Les gars peuvent se remettre en forme. En plus, les partisans sont près de la glace. »