Olivier Audet, directeur général du CMSA, Christine Labrie, députée de Sherbrooke, et Sébastien Rodrigue, directeur des services pédagogiques au CMSA, devant le panneau annonçant le changement de la limite de vitesse.

La vitesse réduite à 50 km/h aux abords du Collège du Mont-Ste-Anne

SHERBROOKE — Bonne nouvelle pour le Collège du Mont-Sainte-Anne et ses élèves : la limite de vitesse sera abaissée à 50 km/h aux abords de l’institution, comme elle le réclamait depuis longtemps.

Le ministère des Transports a notamment évoqué le développement résidentiel dans le secteur des rues Breton et Montante, des contraintes de visibilité et du débit de circulation. Des panneaux sont apparus pour indiquer que la limite de vitesse passe de 70 à 50 km/h. Ce changement sera effectif en juillet à partir du 2447 chemin Sainte-Catherine jusqu’à environ 100 mètres au nord de l’échangeur.

Le Ministère a aussi choisi d’abaisser la limite pour un court tronçon résiduel afin d’éviter le changement fréquent des limites de vitesse, même si celui-ci ne rencontrait pas toutes les caractéristiques d’une zone de 50 km/h.

« C’est sûr que pour nous, c’est une excellente nouvelle », lance le directeur général du CMSA, Olivier Audet, en soulignant la collaboration dans ce dossier de la députée de Sherbrooke Christine Labrie.

Une pétition avait été lancée durant l’hiver 2018 afin que le secteur soit rendu plus sécuritaire. Le CMSA et des parents réclamaient notamment un trottoir entre le collège et l’Université de Sherbrooke,

un trajet qu’effectuent plusieurs élèves pour se rendre au terminal d’autobus sur le chemin Sainte-Catherine. Ils réclamaient aussi la diminution de la limite de vitesse de même que l’aménagement d’un sentier sécuritaire et déneigé.

La direction a déjà fait valoir, dans le passé, que la situation est dangereuse : des véhicules frôlent les élèves, et la problématique semblait s’être accentuée avec le développement de l’autoroute dans le secteur.

Des autobus de la Société de transport de Sherbrooke (STS) s’arrêtent au collège, mais les adolescents qui finissent plus tard doivent marcher vers l’université pour se rendre à l’arrêt d’autobus.

« C’est une première étape. On a d’autres attentes. »

Le Collège a des discussions avec l’Université de Sherbrooke pour la mise en place d’un sentier multifonctionnel entre les deux établissements. Ces discussions surviennent alors que l’UdeS planche sur le déploiement d’un plan de mobilité durable. « On serait prêt à céder une partie de notre terrain », précise Olivier Audet au sujet des possibilités soulevées avec l’UdeS. Ce plan de match serait encore mieux qu’un trottoir, note-t-il également. Le CSMA accueille 215 adolescents.