Ingrid Dubuc agira comme directrice du Bureau de l’environnement à partir du 20 septembre.

La Ville se dote d'un Bureau de l'environnement

Le nouveau Bureau de l’environnement de la Ville de Sherbrooke démarrera officiellement ses activités le 23 septembre avec l’entrée en poste de sa directrice, Ingrid Dubuc, anciennement chef de la Division des sports et des événements à la Ville de Sherbrooke. Les dossiers de l’environnement étaient jusqu’à maintenant répartis entre quatre services municipaux, soit la planification et la gestion du territoire, les infrastructures urbaines, l’entretien et la voirie et Hydro-Sherbrooke.

Mme Dubuc, détentrice d’un MBA et diplômée en sciences de l’activité physique et en administration du sport, poursuit en ce moment une maîtrise en environnement. Sa candidature a été retenue parmi une quarantaine de postulants. « Je suis une passionnée qui veut rendre meilleure la société pour laquelle elle travaille. Avant même l’affichage de ce poste, j’étais convaincue que je devais aller chercher des connaissances plus poussées en environnement pour continuer à faire ce que je faisais. L’environnement est un domaine connexe à beaucoup de disciplines », commente-t-elle.

« Mon mandat ne sera pas tant d’être une spécialiste technique que de créer des conditions favorables pour que les membres de l’équipe travaillent dans la même direction. »

Ingrid Dubuc n’est pas étrangère au domaine de l’environnement puisqu’elle a piloté le dossier de la création d’une réserve naturelle au mont Bellevue. Son démarrage était lié à des préoccupations sportives. « Je suis gestionnaire et mon travail en sera un de gestion. Je suis consciente que nous avons une équipe très solide en environnement. »

L’expertise divisée dans quatre services différents travaillera désormais ensemble, si bien que le nouveau bureau comptera huit employés. « Nous avons la volonté de faire encore mieux que ce que nous faisons maintenant. Il faudra évaluer les actions à leur mérite et à l’impact qu’elles auront. »

Le dossier de Valoris n’aboutira pas sur le bureau de Mme Dubuc. « Mais il serait faux de dire que nous travaillerons en parallèle... »

S’il est trop tôt pour identifier un enjeu prioritaire, la gestion de l’eau, le transport actif, le plan de développement de la zone agricole et le dossier des gaz à effet de serre seront forcément abordés.

Le Bureau de l’environnement veillera à la mise en œuvre des politiques municipales en plus de développer des partenariats externes avec les organismes et les paliers gouvernementaux.