Steve Lussier

La Ville garde le silence sur les matières recyclables

SHERBROOKE - Les cols bleus avaient-ils raison de craindre que la Ville ne les considère pas pour la collecte des matières recyclables? Depuis la déclaration du maire Steve Lussier, lundi, qui affirmait que « c'est un dossier qu'on va regarder », il a été impossible de savoir si une étude comparative des coûts avait été commandée avant la sortie médiatique des employés municipaux.

M. Lussier avait affirmé que « s'il y a des économies à faire, je serai le premier à le regarder ». Il mentionnait aussi que le sujet de la collecte des matières recyclables serait étudié au comité exécutif mardi.

Aux demandes répétées de savoir si le coût d'une collecte des matières recyclables par les cols bleus avait été évalué, on répète à la Ville de Sherbrooke que les élus seront les premiers informés de la situation. Le dossier devrait être présenté lundi au conseil municipal.

Le président du syndicat des cols bleus, Benoît Labonville, lançait un cri du cœur dans nos pages lundi, craignant qu'un contrat soit attribué au privé sans qu'une étude comparative ait été menée. Il avait adressé ses doléances à l'administration municipale par courriel et affirmait n'avoir reçu ni réponse ni accusé de réception.

Lundi, le maire Lussier a confirmé en mêlée de presse avoir reçu le courriel de M. Labonville. Le président du syndicat des cols bleus rapporte néanmoins n'avoir toujours reçu aucune réponse à son courriel. « Je ne suis pas surpris de leur silence. Il n'y a pas de désir de communiquer avec les Bleus. »