Ce n’est plus qu’une question de jours avant que la Ville de Sherbrooke devienne officiellement propriétaire du 92, rue Wellington Sud, qui abrite le Studio Sex.

La Ville deviendra sous peu propriétaire du Studio Sex

Ce n’est plus qu’une question de jours avant que la Ville de Sherbrooke devienne officiellement propriétaire du 92, rue Wellington Sud, qui abrite le Studio Sex. Dans un jugement du tribunal administratif du Québec rendu le 30 octobre, les indemnités provisionnelles versées par la Ville sont fixées à 631 000 $.

Au conseil municipal du 2 octobre, les élus avaient autorisé le versement de ce montant pour exproprier le propriétaire du bâtiment, Divertissement HJ inc., et son locataire, le Studio Sex. L’entente intervenue avec le propriétaire devait ensuite être entérinée par le tribunal administratif. Seul le conseiller Jean-François Rouleau avait inscrit sa dissidence à ce moment-là.

Dans le jugement rendu le 30 octobre, on souligne que les parties ont convenu, d’un commun accord, d’une indemnité provisionnelle de 381 000 $ pour le propriétaire de l’immeuble exproprié et de 250 000 $ pour l’entreprise locataire du 85, rue Therrien.

Me Frédéric-Antoine Lemieux, procureur de la partie expropriée, explique qu’il y aura transfert de propriété quand la Ville aura payé officiellement les indemnités, qu’un reçu aura été délivré et qu’un délai légal aura été respecté. La Ville devra toutefois verser une somme supplémentaire qu’il reste à déterminer.

« Les experts ne se sont pas encore rencontrés. Nous ne savons pas si le montant de l’indemnité finale sera débattu devant un tribunal ou s’il y aura une entente », précise Me Lemieux. L’indemnité finale est une somme dans laquelle sera incluse la partie déjà versée en indemnités provisionnelles.

Les propriétaires de Divertissement HJ inc. n’ont pas l’intention de relocaliser leur commerce pour le moment, faute d’endroit approprié. S’ils s’inscrivent présentement dans un scénario de fermeture, ils ne ferment pas la porte à une réouverture éventuelle.

Rappelons que la Ville procède à l’expropriation du bâtiment de la rue Wellington Sud dans le cadre du projet Well inc. L’intention initiale, avant le moratoire imposé par le maire Steve Lussier, consistait à démolir le bâtiment, comme l’Hôtel Wellington, pour ériger deux édifices. Le premier devrait accueillir les organismes de développement économique de la Ville de Sherbrooke alors que le second, en plus d’accueillir des bureaux de SherWeb, devrait compter des commerces, des bureaux et des appartements.

Il y a un an, l’ancien maire Bernard Sévigny signalait que des zones précises sont déjà déterminées dans le schéma d’aménagement pour permettre la relocalisation du Studio Sex, dont celle en face du palais de justice. Il existe aussi des zones de droits acquis, à Brompton notamment.