Le maire Bernard Sévigny n'hésite pas à dire que Well inc. a été son meilleur coup en 2016.

La Ville acquiert le terrain du Maysen Pub

De nouveaux terrains du futur quartier de l'entrepreneur sont officiellement la propriété de la Ville de Sherbrooke. La saga de l'ancien Maysen Pub, qui était situé au 37-45, rue Wellington Sud, prend fin avec l'acquisition du terrain par la Ville.
Une entente a été signée, mardi, pour que la Ville l'achète pour la somme de 356 983,54 $, une somme qui représente le montant total dû par le propriétaire Éluscar Pierre-Louis à la Ville, à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke et à la firme Huissiers Sherbrooke inc. À titre de principal créancier, la Ville récupérera en grande partie le coût d'acquisition, puisque M. Pierre-Louis lui devait 350 550 $.
L'immeuble en question avait été incendié en 2011. La Ville avait ensuite dû le démolir à ses frais. « La Ville a dépensé pour la démolition, mais au moins, nous avons récupéré un actif », a indiqué le président du comité exécutif, Serge Paquin.
Par ailleurs, les élus ont profité de la séance du conseil municipal de lundi pour réduire le montant consacré au projet Well inc. et puisé dans le surplus accumulé. « Sur les 4 M$ qui avaient été votés déjà, on en dégage un million. Nous considérons que 3 M$, ça fera le travail qui était prévu », a précisé Serge Paquin.
Au lendemain de la présentation du budget, malgré les critiques de certains élus, le maire Bernard Sévigny persiste à croire que Well inc. constitue son meilleur coup de 2016. « La façon dont il est ficelé fait des mécontents, mais je ne me souviens pas d'un projet aussi emballant, avec autant de partenaires. Il a été longuement travaillé avec toutes les contraintes de la loi sur l'expropriation. Dans huit provinces sur dix au Canada, l'expropriation porte sur la valeur marchande des bâtiments. Il faut changer cette loi-là et c'est à ma demande que le ministre Martin Coiteux a accepté d'ouvrir un chantier là-dessus en 2017. Ce sera un gain pour Sherbrooke et la suite des choses. »
M. Sévigny ne cible pas d'immeubles en particulier qui pourraient faire l'objet d'une expropriation. « Une nouvelle loi serait un outil dont nous pourrions nous servir en toute transparence au lieu de nous cacher derrière des ONBL comme nous l'avons fait pour Well inc. »
Le maire de Sherbrooke comprend que les propriétaires de la rue Wellington « n'ont pas été amenés à revamper leurs immeubles. Le contexte était difficile. La proposition la plus porteuse est celle qui se trouve sur la table. Il y a une occasion de nous donner un projet et d'intervenir rapidement. »
Bernard Sévigny rejette les inquiétudes des élus Annie Godbout et Julien Lachance, qui craignent un éparpillement des investissements en matière de développement économique. « Nous commençons à construire un bâtiment multilocatif près du CHUS en janvier ou février et ça ouvrira en juillet. La contribution de la Ville est de 250 000 $. C'est un projet pour concentrer les entreprises au même endroit. On veut concentrer le démarrage d'entreprises sur Wellington. Ce sont des produits qui sortent d'Espace inc. et de l'ACET. Si on ne se positionne pas, on va les perdre. Ils iront ailleurs. »
Il balaie aussi les insinuations selon lesquelles les 3,2 M$ issus de la surtaxe pour la réfection des rues, en 2016, auraient été détournés pour le projet Well inc. ou, à tout le moins, prouvent qu'il était possible de dégager les sommes nécessaires au projet sans piger dans le surplus accumulé. Hélène Dauphinais et Jean-François Rouleau avaient soulevé des questions à ce sujet. « C'est du théâtre politique. M. [Jean-François] Rouleau a le sens de la formule et il ne s'en prive pas. Quand nous avons décidé Well inc. en octobre, pour voir si nous avions de la disponibilité dans les surplus accumulés de l'année, le chiffre, nous ne l'aurions pas eu en janvier ou en février. Quand on arrive à la fin de l'année, on peut voir les marges de manoeuvre compte tenu des dépenses que nous n'avons pas faites.
« C'est une façon de voir les choses qui ne tient pas la route. On peut dire n'importe quoi. Les 3,2 M$ ont été affectés à la réfection des rues, tellement que la liste des travaux pour 3,2 M$ a été soumise au conseil. Nous avons fait l'exercice de choisir les rues ensemble. »
Enfin, rappelons que le budget 2017 prévoit des investissements de 2,2 M$ dans le projet Well inc.