Les autobus de la STS s’arrêteront sur la rue King Ouest au centre-ville plutôt qu’à la station du Dépôt à partir du 19 août.

La STS quitterait la station du Dépôt

La Société de transport de Sherbrooke aurait pris sa décision : ses autobus s’arrêteront sur la rue King Ouest au centre-ville plutôt qu’à la station du Dépôt à partir du 19 août. L’information a commencé à circuler dans les autobus de la ville jeudi. Le président de la STS, Marc Denault, a refusé de confirmer cette information.

La possibilité de réorganiser le transit au centre-ville est évoquée depuis plus d’un an, soit depuis que la station du Dépôt était éliminée dans le Plan directeur d’aménagement et de développement du secteur Wellington Sud. Il était suggéré de rouvrir toute la rue du Dépôt à la circulation automobile. On évoquait alors une solution pour améliorer l’accès au stationnement étagé de même que le transit des autobus de Limocar. On ajoutait que les autobus s’arrêteraient désormais entre la rue du Dépôt et la rue Wellington Sud.

Depuis, Marc Denault, a prévenu qu’aucune décision n’était prise et que les intervenants du milieu seraient consultés avant toute action. Selon les informations obtenues par La Tribune, il est possible que les autobus ne s’immobilisent plus au centre-ville pour des temps de battement de quelques minutes comme ils le font parfois en ce moment. On viserait plutôt de faire monter et descendre les passagers en bordure de rue comme à tous les autres arrêts sur le territoire de la Ville de Sherbrooke.

L’annonce officielle est prévue en mars alors qu’une séance d’information devrait se tenir vers la fin du mois.


«  Nous sommes à réaliser un exercice d’envergure. En mars, nous présenterons notre projet à la population et nous serons en mode écoute. Les gens seront agréablement surpris.  »
Marc Denault, président de la STS

Marc Denault refuse de confirmer quoi que ce soit. « Ce que je suis en mesure de dire, c’est que nous travaillons sur un projet de pôle intermodal au centre-ville qui devrait être présenté d’ici une trentaine de jours. Nous consulterons les partenaires principaux. »

Par pôle intermodal, on fait référence aux autobus, bien sûr, mais également aux pistes cyclables, à l’auto partage, au vélo électrique et aux stationnements pour vélos dans des endroits sécuritaires. « Le mécontentement à la station du Dépôt, on ne l’entend pas seulement des utilisateurs de la STS, mais aussi de ceux de Limocar et de La Québécoise. Nous sommes à réaliser un exercice d’envergure. En mars, nous présenterons notre projet à la population et nous serons en mode écoute. Les gens seront agréablement surpris. »

En janvier, la STS a annoncé des ajouts de services, entre autres entre l’Université de Sherbrooke, le centre-ville et le CHUS-Fleurimont. Un deuxième déploiement de services devrait être annoncé sous peu. « Nous travaillons sur une solution à long terme qui n’aura pas d’impact sur la population. »

Le vice-président du syndicat des chauffeurs de la STS, André Marsan, salue l’initiative. « La station du Dépôt est devenue problématique. C’est dangereux pour nous et la clientèle avec les automobiles et les camions de livraison qui y circulent. La STS n’arrive pas à sécuriser l’endroit. Les toilettes sont vandalisées régulièrement et la neige qui s’accumule pose problème. Nous récupérerons aussi beaucoup de temps en n’ayant pas à patienter au centre-ville. »

M. Marsan note qu’un agent de sécurité est en poste depuis peu pour faire respecter la signalisation à la station du Dépôt. « Même lui se fait engueuler par les automobilistes qui se stationnent aux endroits qui sont interdits. »