La succursale de la SQDC de Sherbrooke, sur la rue King Ouest, a ouvert ses portes le 3 septembre.

La SQDC ne donne pas ses chiffres de vente

SHERBROOKE - Une semaine après son ouverture, est-ce que la nouvelle succursale sherbrookoise de la Société québécoise du cannabis (SQDC) attire de nombreux consommateurs de pot?

La société d'État ne divulgue pas les chiffres de vente de ses commerces ni ne donne l'allure de l'achalandage de ses succursales, confirme Fabrice Giguère, porte-parole de la SQDC, lorsque joint par La Tribune.

À LIRE AUSSI: SQDC : du cannabis «plus proche et moins cher»

La SQDC ne dévoile son bilan que sur une base annuelle, ajoute-t-il. Jamais on n'isole les chiffres par succursale. On ne peut donc pas comparer les ventes effectuées au magasin du 1681 de la rue King Ouest avec celles des succursales de Drummondville et Granby.

Rappelons que la succursale de Sherbrooke, la 19e du réseau, a ouvert le 3 septembre dernier. Ce matin-là, une centaine de personnes faisaient la file devant la porte d'entrée.

Au départ, l'ouverture était prévue pour la fin novembre. Le commerce de cannabis, ouvert sept jours sur sept, donne du travail à vingtaine de personnes.

Du côté du Service de police de Sherbrooke (SPS), on n'a pas remarqué de hausse des infractions liées à la consommation du cannabis vendu à la SQDC.

Jeunes adultes

Mardi en plein cœur de l'après-midi, l'endroit était assez achalandé. Une bonne douzaine d'employés fourmillaient derrière le comptoir de vente. Presque autant de clients se trouvaient en face d'eux afin de faire des achats.

La clientèle était composée de jeunes adultes. On pouvait entendre un conseiller suggérer « une consommation responsable » du produit acheté.

Les présentoirs étaient très bien garnis.

Un garde de sécurité souhaitait la bienvenue aux gens qui se présentaient à l'entrée et leur indiquait le chemin à suivre pour se rendre dans le magasin.

Quand on demande à l'une des membres du personnel si l'achalandage a été aussi soutenu depuis l'ouverture, elle répond oui.

« C'est pas mal toujours comme ça », a répondu la jeune femme.