La revitalisation de Galt Ouest suscite la curiosité

Le réaménagement annoncé de la rue Galt Ouest par la Ville de Sherbrooke a suscité beaucoup d’intérêt, mercredi soir, dans une séance d’information et d’échange webdiffusée qui a été marquée par des questions concernant le futur terre-plein central (voir autre texte), la mobilité active et la revitalisation plus large de cette artère d’importance. Plus d’une quarantaine de questions ou de commentaires de citoyens ont été enregistrés.

Selon les échéanciers présentés mercredi, le projet de revitalisation du tronçon situé entre les rues Belvédère et Alexandre, évalué à 12,4 M$ en investissements municipaux, devrait être terminé en 2021. La démolition des bâtiments achetés par la Ville est complétée et la décontamination du terrain doit commencer bientôt. La construction d’un édifice de 116 logements sociaux de l’Office municipal d’habitation doit s’amorcer en septembre.

À LIRE AUSSI: Le terre-plein controversé de la rue Galt est là pour rester

En 2021, la Ville enfouira une partie du réseau électrique, réaménagera l’intersection Galt et Belvédère et élargira la rue Galt Ouest pour y ajouter des voies cyclables unidirectionnelles, un terre-plein végétalisé et un trottoir surdimensionné. 

Le parc Alfred-Élie-Dufresne sera agrandi et une placette sera aménagée à la hauteur de la rue Saint-Antoine pour inviter les citoyens à s’y rencontrer. Le feu de circulation à cette intersection sera conservé uniquement pour permettre aux piétons de traverser en toute sécurité. La bretelle d’accès menant de la rue Galt vers la rue Belvédère sera éliminée et des traverses pour piétons seront réaménagées avec des blocs de béton directement dans la chaussée, de manière à rendre le marquage permanent. Plusieurs arbres seront aussi plantés pour réduire les îlots de chaleur.  

Jérémy Dépault, conseiller aux projets spéciaux à la Ville de Sherbrooke, a précisé que le tronçon Belvédère-Saint-Antoine était identifié comme présentant un potentiel important d’accidents et compte parmi le 1 % du réseau routier le plus problématique sur le territoire sherbrookois. Selon lui, les usagers y sont 2,5 fois plus susceptibles d’être victimes d’un accident qu’ailleurs dans la ville. On y dénombre 18 accidents enregistrés par la police entre 2012 et 2016. 

Yves Tremblay, directeur du Service de la planification et de la gestion du territoire, a admis qu’il restera le défi de boucler le réseau cyclable, entre autres entre le pont Joffre et la rue Alexandre et dans le tronçon de la rue Galt entre la rue Belvédère et le poste de police. 

Questions citoyennes

Parmi les questions des citoyens, Éric Asselin a voulu savoir si les bâtiments du côté sud de la rue Galt Ouest profiteront de la revitalisation. 

Yves Tremblay a répondu qu’il existe deux programmes pour financer des travaux de rénovation ou de réaménagement. Le Programme rénovation Québec permet de financer 50 % des travaux. Le programme de rénovation des façades dispose pour sa part d’une enveloppe de 900 000 $ cette année. 

La conseillère Chantal L’Espérance a aussi invité les citoyens à consulter le règlement 1166, qui offre des congés de taxes sur la construction ou la rénovation.

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines, a par ailleurs précisé que 25 cases de stationnement seraient éliminées sur la rue Galt. Selon les études menées par la Ville, celles-ci étaient occupées 16 % du temps quotidiennement. On compte néanmoins 81 cases disponibles dans les rues environnantes, où le taux d’occupation est de 5 % environ. « Le sens de circulation dans les rues transversales pourrait être modifié pour que ce soit plus agréable d’y circuler et de s’y stationner », affirme-t-elle.

Arbres et ilôts de chaleur

Valérie Boisvert s’est interrogée sur le choix des arbres pour combattre les îlots de chaleurs, alors que la Ville tend à opter pour des végétaux de petit gabarit.

« Nous devons tenir compte des infrastructures souterraines. Les arbres à grande canopée ont aussi de grandes racines, ce qui peut causer des problèmes dans certaines situations », a répondu Ingrid Dubuc, directrice du Bureau de l’environnement. 

Fabien Burnotte, lui, a félicité la Ville pour le choix de bandes cyclables unidirectionnelles et a souhaité que les voies cyclables soient déneigées en hiver.

« C’est une chose que nous regardons pour une application dans les prochaines années », confirme Caroline Gravel. 

Anne-Catherine Pilon a par ailleurs suggéré d’installer des sas pour les vélos, aux intersections, pour permettre aux cyclistes de bien signaler leurs intentions aux automobilistes. Ce genre d’aménagement est à l’étude.

Plusieurs citoyens ont souligné qu’ils oseront probablement le transport actif une fois les aménagements réalisés.

Enfin, les conseillers Pierre Avard et Chantal L’Espérance ont affirmé avoir entendu les citoyens. « Nous avons bien entendu vos commentaires. Nous les aurons en tête pour la suite des choses », a dit Mme L’Espérance.