Une bénévole de la Popote roulante, Francine Bolduc, a procédé à la distribution selon les nouvelles directives lundi matin.
Une bénévole de la Popote roulante, Francine Bolduc, a procédé à la distribution selon les nouvelles directives lundi matin.

La Popote roulante modifie son service

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
La Popote roulante maintient ses activités à Sherbrooke, mais en apportant toutefois quelques modifications à son service.

« Il n’est pas question de laisser tomber notre clientèle plus vulnérable. Nous maintenons nos services de livraison, mais sans accéder aux résidences », explique Rémi Demers, directeur général de Sercovie, l’organisme qui s’occupe du service de la Popote roulante à Sherbrooke.

Ce dernier mentionne que la livraison se poursuit, mais que les repas sont laissés sur le seuil des portes dans des contenants appropriés.

« Ce sont de 500 à 600 repas qui sont livrés chaque jour. La livraison continuera à se faire, mais aucun échange monétaire ne va être fait pour limiter les contacts. Ce n’est pas habituel de procéder de cette façon, mais nous n’avons pas le choix étant donné la situation », assure Rémi Demers.

Les bénévoles à la livraison et aux cuisines, dont plus de la moitié est âgée de plus de 70 ans, sont libres de se présenter à Sercovie pour accomplir leurs tâches. Rémi Demers signale cependant qu’ils n’ont aucune obligation.

« Je veux être clair, nous pouvons nous arranger sans que les bénévoles de plus de 70 ans aient à se présenter. Tous nos employés sont mobilisés pour assurer les services si les bénévoles ne se présentent pas. Nous suivons les recommandations du gouvernement du Québec. C’est une responsabilité individuelle de chaque personne », indique Rémi Demers.

Il assure que toutes les mesures d’hygiène sont prises tant pour les bénévoles qui se présentent dans les cuisines que ceux qui assurent les livraisons, deux personnes par véhicule. Dix-huit équipes de livraison ont poursuivi leur distribution de repas lundi midi, et une dizaine d’autres étaient aux cuisines. 

« Il est important de continuer la livraison des repas en cette période où l’on demande aux personnes de plus de 70 ans de rester à la maison. Nous offrons aussi des repas congelés qui peuvent éviter aux personnes de se déplacer à l’épicerie pour les repas du soir ou les fins de semaine. Il n’y a cependant pas encore eu de hausse des demandes de repas à la suite des mesures mises en place par le gouvernement », indique Rémi Demers.

Pour recevoir la Popote roulante, il faut être âgé de 70 ans ou remplir une des diverses conditions, soit être en perte d’autonomie, être malade à court terme ou atteint d’une maladie chronique, être en convalescence, avoir un handicap physique ou éprouver des complications pendant la grossesse ou après l’accouchement.