Le théâtre de la place Nikitotek devra déménager en 2020. Le site qui ferait consensus serait celui du Centre des arts de la scène Jean-Besré et du lieu de diffusion destiné à un jeune public, au coin des rues Wellington Sud et du Dépôt.

La place Nikitotek irait sur Wellington Sud

EXCLUSIF / La place Nikitotek déménagera vraisemblablement sur la rue Wellington Sud sur le même terrain que le Centre des arts de la scène Jean-Besré et le lieu de diffusion destiné à un jeune public. C’est du moins la suggestion qui sera soumise au conseil d’administration de Destination Sherbrooke et au conseil municipal pour une décision.

Rappelons que la scène extérieure située au confluent des rivières Magog et Saint-François, à l’embouchure de la rue des Abénaquis, devra déménager en raison de la reconstruction du pont des Grandes-Fourches. Ce dernier, reconstruit un peu plus à l’ouest, forcerait la Ville à effectuer des aménagements importants, comme la construction d’un mur, pour garder le lieu de diffusion au même endroit. La scène serait déplacée pour la saison estivale 2020.

« Il semble que cet endroit soit préféré. Le théâtre serait annexé au lieu de diffusion pour utiliser les mêmes infrastructures, autant pour les toilettes que les loges, pour optimiser l’utilisation des locaux », résume Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.

« C’est certain qu’il y aurait une perte de stationnement par rapport à ce qui est présent actuellement, mais on prétend qu’avec le projet de revitalisation de la rue Wellington Sud, nous serons capables de suffire à la demande. Sinon, nous avons la possibilité de faire des stationnements de l’autre côté de la rue des Grandes-Fourches. »

À Destination Sherbrooke, le directeur général Denis Bernier rapporte que l’organisme paramunicipal est toujours en discussion avec la Ville pour choisir l’emplacement idéal. « Je n’ai pas vu de résolution officielle, mais ce site-là fait partie de ceux qui ont été analysés. Pour moi, ça demeure une hypothèse. »

M. Bernier voit néanmoins des avantages logistiques à créer un pôle culturel au coin des rues Wellington Sud et du Dépôt. « À partir du moment où il y a une volonté de rester au centre-ville, ce site est intéressant. Il faut toutefois penser au stationnement, à l’entreposage, aux loges et à l’accueil. Il ne suffit pas de déménager le théâtre. »

La présence de résidences à proximité ne constituerait pas un problème, à première vue. « D’abord, les plaintes pour le bruit enregistrées dans le passé se comptent sur les doigts d’une main. Je ne suis pas certain qu’on en recevrait plus, parce que l’eau est un bon véhicule pour le son et plusieurs commentaires émanaient de l’autre côté de la rivière. »

Une fois que les élus auront tranché sur le nouveau site de la scène extérieure, il faudrait aussi obtenir l’assentiment du gouvernement du Québec, qui avait contribué financièrement à la construction de l’infrastructure. « Ça ne devrait pas être compliqué à recevoir selon moi. La Ville dispose d’une entente jusqu’en 2022, une entente qui est associée à la mise en valeur de la gorge de la rivière Magog. Il y a donc cette étape à franchir avant d’officialiser le tout », ajoute M. Bernier.

Les coûts liés au déménagement seraient assumés par la Ville, et non par Destination Sherbrooke. L’infrastructure avait été conçue de manière à pouvoir être démontée et déplacée au besoin.

Le théâtre de la place Nikitotek avait coûté 1,8 M$ en 2010. Il faisait partie d’un plan de revitalisation de la gorge de la rivière Magog qui s’élevait à 6,6 M$. L’ajout d’un toit au-dessus des gradins avait coûté 900 000 $, une somme qui doit être remboursée par le producteur de Québec Issime, Robert Doré.

Le nouveau pont des Grandes-Fourches devrait être inauguré en 2020.