Le théâtre de la place Nikitotek sera officiellement mis en vente par appel d’intérêt en mars.

La place Nikitotek est à vendre

La Ville de Sherbrooke, qui avait choisi d’entreposer le théâtre de la place Nikitotek en septembre 2019, décide finalement de vendre l’infrastructure. Un appel d’intérêt comportant un prix minimum sera lancé au mois de mars.

Dans un communiqué, la Ville avance que la valeur de la place Nikitotek serait d’environ 3 M$ et que, « selon des professionnels du domaine », elle pourrait trouver preneur rapidement.

À LIRE AUSSI: Démantèlement de Nikitotek : «Rien pour attirer la visite»

Les élus largueraient la place Nikitotek

Pourquoi se départir d’une infrastructure qui semble déjà susciter de l’intérêt? « Le théâtre peut prendre différentes formes et avoir différents usages. Ce n’est pas parce que nous ne le considérons plus comme le produit d’appel du centre-ville qu’il ne peut pas être bon pour quelqu’un d’autre. Une université pourrait être intéressée, par exemple », commente Marie-France Delage, directrice générale adjointe à la Ville de Sherbrooke.

« En septembre, nous avions eu le mandat d’analyser la possibilité d’entreposer le théâtre, de le vendre ou de le démanteler. Nous avions une connaissance assez mince du marché. Nous avons donc consulté des professionnels. Il reste que notre décision de septembre a fait en sorte que nous avons reçu plusieurs appels. »

Il est par ailleurs mentionné dans le communiqué qu’il n’y a pas de site disponible au centre-ville pour recevoir l’infrastructure et que l’équipement aurait dû être entreposé pour une durée indéterminée. Les coûts du démantèlement, du déplacement et de l’entreposage pourraient, semble-t-il,être évités si la Ville trouve preneur dans les prochains mois. Une somme de 385 000 $ était prévue pour le démontage du théâtre.

La conseillère Annie Godbout, présidente de Destination Sherbrooke, aurait préféré qu’on attende avant de prendre cette décision. « J’aurais souhaité que nous soyons plus avancés dans notre réflexion sur l’aménagement du centre-ville. On le veut plus vivant, plus animé. Est-ce que la scène pourrait aller ailleurs? C’est tout l’aménagement autour qui est important. Jusqu’à maintenant, on créait un déficit d’expérience. Les gens sentaient qu’ils étaient dans le fond d’un stationnement. »

Marie-France Delage indique que la Ville cherche toujours à établir les critères de l’appel d’intérêt. « Les élus souhaitent qu’il y ait un prix minimum pour ne pas recevoir d’offres ridicules. L’idée de trouver un acheteur à Sherbrooke pourrait être considérée. »

L’argent recueilli pourrait-il être investi pour animer ou revitaliser le centre-ville? « À moins de créer un fonds officiel, il n’existe pas de mécanisme pour garantir des investissements dans les infrastructures du centre-ville. Pour le moment, nous ne sommes pas dans cette stratégie. Mais il y a une volonté de faire un centre-ville attractif. Il va de soi qu’il est un produit d’appel en lui-même. »

Produit d’appel

Le théâtre de la place Nikitotek devra être démantelé coûte que coûte pour le mois d’août en raison de la construction du pont des Grandes-Fourches. Si la Ville n’arrive pas à vendre l’infrastructure, elle devra se laisser suffisamment de temps pour lancer un appel d’offres pour le démontage. « Nous avons prévu les deux scénarios. »

Le président du comité de la culture, Paul Gingues, rapporte pour sa part que le produit d’appel n’était pas la scène, mais le spectacle qui y était présenté. Il est donc à l’aise avec la fin de l’aventure Nikitotek. « Ça nous laisse le temps de penser à notre prochain produit d’appel. »

Un total de 16 sites ayant le potentiel d’accueillir l’infrastructure avaient été étudiés l’an dernier. On estimait qu’il aurait coûté entre 2,9 M et 3,3 M$ pour déménager le théâtre au coin des rues Wellington et Aberdeen.

Québec Issime

On estimait alors que la Ville pourrait devoir rembourser une partie de la subvention obtenue pour la construction du théâtre et pourrait aussi devoir dédommager Québec Issime, qui détenait un contrat de dix ans pour présenter des spectacles au centre-ville. Des négociations seraient toujours en cours avec le promoteur Robert Doré. 

Idem pour le gouvernement du Québec, à qui on tente de démontrer que l’entente concernant le positionnement du théâtre au centre-ville arrive à échéance.

La Ville de Sherbrooke avait obtenu une subvention de 4,4 M$ pour la mise en valeur de la gorge de la rivière Magog. 

Le théâtre de la place Nikitotek a nécessité des investissements de 6,4 M$, dont 3,4 M$ de la Ville de Sherbrooke.