La promenade du Lac-des-Nations est suffisamment large pour accueillir les cyclistes et les piétons qui veulent circuler dans le secteur de la rue King Ouest, estiment les conseillers.

La piste cyclable sur King Ouest trop chère, estiment les élus

Tout indique que les élus n'opteront pas pour l'ajout d'une piste cyclable sur la rue King Ouest, entre le pont Montcalm et le boulevard Jacques-Cartier. Même s'il s'agissait d'une demande récurrente lors de la consultation portant sur le Plan directeur d'aménagement de la rue King Ouest, les élus estiment qu'il s'agirait d'une dépense trop importante.
Suzanne Bergeron, urbaniste-designer coordonnatrice à la Ville de Sherbrooke, résumait lundi les principaux enjeux soulevés lors de la consultation du 30 août : planifier pour les cyclistes et les piétons, et non seulement pour les automobilistes, prévoir des liens cyclables utilitaires et sécuritaires, prévoir un lien cyclable direct d'est en ouest sur King Ouest. Elle a aussi précisé qu'il n'était pas possible d'atteindre la largeur nécessaire pour aménager une piste cyclable, tout en conservant quatre voies pour les automobilistes et un trottoir pour les piétons, sur certaines portions de la rue King Ouest.
Le président du conseil, Serge Paquin, s'est étonné d'avoir lu les prétentions de certains selon lesquelles le réseau cyclable le long du lac des Nations n'était pas utilisé. « Nous n'avons pas dénombré les cyclistes, mais il est certain que ceux qui font du transport actif ne peuvent pas prendre la promenade du Lac-des-Nations à certains moments parce qu'il y a trop de monde », résume Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke.
La conseillère Christine Ouellet, elle-même adepte de vélo, croit au contraire que la circulation est fluide sur cette portion de la piste cyclable. « L'axe est-ouest est très bien desservi, de Rock Forest à la rue des Grandes-Fourches, de façon sécuritaire et avec très peu d'entraves. Ce que je retiens, c'est qu'on veut faire un secteur plus convivial pour favoriser la circulation à pied et à vélo. Si on favorisait l'accès aux cyclistes vers la rue King, l'objectif serait probablement atteint. À mon avis, l'axe est-ouest est bien desservi avec le budget qu'on a. »
Autour du Cégep
Hélène Dauphinais estime que la piste du côté nord du lac des Nations est suffisamment large pour les piétons et les cyclistes. « Nous avons investi 1,2 M$ dans l'asphaltage de cette piste l'an dernier alors qu'il y a des secteurs comme le Cégep, qui est un grand générateur de déplacements, où il est impossible de se rendre en vélo en partant d'en haut. Il faudrait au moins une piste cyclable dans le secteur des Pèlerins. »
Bruno Vachon estime que les cyclistes, comme les automobilistes, doivent parfois accepter que les routes ne soient pas toujours directes. « Les mêmes gens qui veulent cette piste cyclable dénonçaient celle sur Portland l'an dernier en citant le nombre d'entrées charretières et de rues transversales à traverser. Sur King Ouest, c'est la même situation exposant 1000. »
Annie Godbout dénonce qu'un secteur comme le plateau Marquette ne soit pas accessible par une piste cyclable. « Ce dossier met en lumière que nous sommes victimes du fait que nous n'avons pas les deux mains sur le volant pour le développement des pistes cyclables. Il nous faut une vision sur au moins cinq ans. Je comprends que les gens questionnent. Il faut expliquer nos priorités pour gérer les attentes. On n'envoie pas un message clair. Si notre priorité, ce sont les générateurs de déplacements, qu'on le dise. Qu'on explique qu'on veut changer les habitudes de vie. »
Chantal L'Espérance croit qu'il faut être réaliste. « En plus, on nous demande de verdir la rue King Ouest parce que c'est un gros îlot de chaleur. Ce n'est pas comme s'il n'y avait pas déjà un lien est-ouest. D'entrée de jeu, au début des consultations il y a trois ans, les gens avaient compris qu'une piste cyclable était impossible à moins de perdre une voie pour les automobilistes. Il faut être réaliste et répondre aux autres besoins dans la ville. Peut-être pourrions-nous au moins partir de la rue du Québec, jusqu'au pont Montcalm, pour ramener les cyclistes plus rapidement vers la piste cyclable. »