Fermée le printemps dernier, la piste cyclable longeant la rivière Saint-François vient d’être rouverte à la circulation.

La piste cyclable fermée en avril peut rouvrir

Les cyclistes de la région de Sherbrooke seront heureux d’apprendre que le sentier qui longe la rivière Saint-François vient d’être rouvert à la circulation.

Les cyclistes de la région de Sherbrooke seront heureux d’apprendre que le sentier qui longe la rivière Saint-François vient d’être rouvert à la circulation. Cette portion de la Route verte, entre le pont Joffre et la prison Talbot, était fermée depuis la fin avril en raison de l’affaissement d’une partie d’un mur de soutènement érigé sur une propriété privée.

Le propriétaire a amorcé des travaux de stabilisation et a mis en place des mesures supplémentaires de sécurité, annonce la Ville de Sherbrooke dans un communiqué de presse.

Les cyclistes peuvent désormais emprunter cette section du sentier cyclable en toute sécurité sans avoir à effectuer de détour par les rues avoisinantes, et ce, même si les travaux de stabilisation ne sont pas encore terminés, assure-t-on.


+ Piste cyclable de Sherbrooke à Coleraine : le projet n’est pas mort

Le projet d’aménager une piste cyclable reliant Sherbrooke et la municipalité de Saint-Joseph-de-Coleraine n’est pas mort.

Le Comité de suivi de la piste cyclable Saint-François lance une campagne d’information et de mobilisation visant à faire connaître davantage le projet. Le lancement aura lieu samedi en marge du Tour cycliste du lac Aylmer au parc Bellerive de Beaulac-Garthby.

D’autres séances d’information sont prévues à Weedon le 8 août (19 h au Centre Culturel), à Disraeli le 14 août (19 h au Cabaret des arts), à Sherbrooke le 20 août (19 h à la Salle du Parvis) et à East Angus le 28 août (19 h à la Salle des chevaliers de Colomb).

Des consultations régionales auront lieu dès septembre, suivies d’un sommet sur le transport ferroviaire en décembre.

Au début de juillet, La Tribune révélait que le projet était bloqué. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) refuse de délivrer les baux nécessaires pour démanteler et adapter les anciennes voies ferrées où rouleraient les vélos. 

Rappelons que l’obtention du bail rattaché à ce tronçon de voie ferrée est nécessaire pour aller de l’avant. Or depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Legault, les fonctionnaires du MTQ ont comme directive de ne pas céder des baux reliés à d’anciens chemins de fer.

Depuis près de quatre ans, différents représentants municipaux et du secteur touristique travaillent à un projet d’aménagement de cette piste multifonctionnelle d’une longueur de 94 kilomètres sur un ancien tronçon de chemin de fer.