La construction des abris temporaires au bout de la rue des Grandes-Fourches a pris du retard en raison de la météo peu collaboratrice, explique-t-on à la Ville de Sherbrooke.

La météo retarde la construction des abris temporaires de la voirie

La Ville de Sherbrooke a joué de malchance avec la météo pour l’aménagement d’abris temporaires pour loger les véhicules de son service de la voirie.

La Tribune a appris qu’on a dû stopper l’aménagement de ces abris d’auto format géant à construire sur le site d’un ancien garage municipal démoli d’urgence l’an dernier au bout de la rue des Grandes-Fourches.

En raison de la météo, on a arrêté la construction des deux bâtiments en attendant qu’on puisse installer un mur coupe-feu dans l'abris situé près du garage demeuré debout et qui sert, entre autres, à la réparation des véhicules des travaux publics. Le froid et la pluie ont nui à l’installation du mur coupe-feu.

Ce nouveau mur coupe-feu est nécessaire afin qu’on protège d’un éventuel incendie les abris temporaires à construire juste à côté, indique-t-on à la Ville de Sherbrooke. Il doit être installé par temps clément.

Rappelons qu’on voulait que les nouveaux abris démontables soient prêts pour l’hiver. Actuellement, seulement les structures ont été montées.

Solution temporaire

Au service des communications, on mentionne qu’on a trouvé une solution temporaire en utilisant des bâtiments municipaux aux quatre coins de la ville pour mettre des équipements de la voirie à l’abri.

On entreprendra donc les travaux d’aménagement du mur coupe-feu dans l'abris temporaire le plus au sud lors du retour des températures plus clémentes, explique-t-on. Une fois ces travaux complétés, on reprendra et finalisera la construction des deux abris temporaires.

Au début de septembre, on apprenait que cette construction pourrait coûter plus cher que prévu. L’appel d’offres visant la fabrication et l’installation sur une dalle de béton au 555 rue des Grandes-Fourches Sud ne comptait qu’un seul soumissionnaire. À l’ouverture des enveloppes, l’unique soumissionnaire, Construction Sorel ltée, proposait ses services pour un prix de 1,285 M$ avant les taxes, alors que la Ville évaluait en février qu’il en coûterait 875 000 $ pour les travaux. La projection initiale avait été corrigée en cours de route et fixée à 1,2 M$. Le dépassement est donc de 85 000 $.

La Ville a engagé 2,5 M$ en urgence, en février 2017, pour démolir deux bâtiments du garage municipal. Ils étaient jugés dangereux à la suite d’une inspection qui devait déterminer la solidité des structures.