La journaliste de <em>La Tribune</em> Marie-Christine Bouchard a remporté le Prix communications 2019 de la Fondation canadienne du rein en reconnaissance de sa contribution au rayonnement de la Fondation du rein et de son appui à faire connaître la maladie rénale au grand public.
La journaliste de <em>La Tribune</em> Marie-Christine Bouchard a remporté le Prix communications 2019 de la Fondation canadienne du rein en reconnaissance de sa contribution au rayonnement de la Fondation du rein et de son appui à faire connaître la maladie rénale au grand public.

La journaliste Marie-Christine Bouchard honorée pour des reportages sur le don d’organes

La journaliste de La Tribune Marie-Christine Bouchard a remporté le Prix communications 2019 de la Fondation canadienne du rein en reconnaissance de sa contribution au rayonnement de la Fondation du rein et de son appui à faire connaître la maladie rénale au grand public.

Le prix a été remis à Marie-Christine Bouchard pour deux reportages, soit « Donner des organes pour donner un sens à la mort », écrit dans le cadre de la cérémonie 2019 de l’Association canadienne des dons d’organes, et « Donner la vie autrement pour une dernière fois » pour lequel la journaliste attitrée à la santé a pu suivre un processus de don d’organes, de l’arrivée d’une patiente à l’Hôpital Fleurimont jusqu’au départ de son foie vers un hôpital montréalais où le précieux organe a été transplanté à une personne malade. « L’objectif : faire la lumière sur un processus complexe qui prend racine dans la mort d’une personne et qui se transforme en retour à la santé pour une autre personne », écrivait alors la journaliste.

À LIRE AUSSI

Donner des organes pour donner un sens à la mort

Donner la vie autrement pour une dernière fois

Lorsqu’elle repense à cette incursion dans le délicat processus du don d’organes, Marie-Christine Bouchard n’hésite pas à qualifier l’expérience « d’intime et d’extraordinaire ». 

Il a d’ailleurs fallu près de six mois d’attente pour trouver une famille ouverte à laisser la journaliste et la photographe assistées à ces moments privés.

« On est privilégié comme journaliste de pouvoir vivre des moments comme celui-là. C’est à la fois très humain et très technique. Oui il y a une vie qui se termine, mais il y a une personne qui reçoit ce grand cadeau de la vie. C’était des moments incroyables vécus dans l’intimité d’une famille et le défi était de trouver le juste milieu entre le côté humain et le côté technique de l’intervention », explique celle qui signe des textes dans La Tribune depuis 14 ans. 

Dès son arrivée au journal, Marie-Christine Bouchard s’est intéressée au monde de la santé. Depuis maintenant sept ans, elle couvre presque exclusivement l’actualité estrienne portant sur les centres hospitaliers, les CHSLD ou résidences privées, les recherches, les découvertes, les bons coups du système comme les ratés. 

« La santé ça touche tout le monde. On a tous besoin d’avoir recours à un médecin, à des services sociaux. J’ai très vite développé le goût de comprendre ce système qui est hyper complexe », affirme celle qui voit les hôpitaux comme son « deuxième bureau ».

« Plusieurs personnes n’aiment pas aller à l’hôpital, mais moi je m’y sens bien », résume la journaliste en rigolant.