La fête au parc Olivier-Chauveau ne deviendra pas régionale

Le comité organisateur de la fête nationale au parc Olivier-Chauveau n’entend pas répondre positivement à l’offre de la Société nationale de l’Estrie (SNE) d’octroyer le financement de la fête régionale au plus méritant.

Les membres du comité ont pris acte de la décision de la SNE annoncée plus tôt cette semaine. Ils comprennent que la fête régionale estrienne qui avait lieu au parc Jacques-Cartier pourrait ne pas avoir lieu à Sherbrooke. Le cas échéant, il  ne resterait plus que deux fêtes nationales sur le territoire de la ville, soit au parc Olivier-Chauveau et à dans le secteur Brompton.

Lire aussi: Fête nationale au parc Jacques-Cartier: la SNE change les règles

« Après consultation du comité organisateur de la fête nationale du Québec au parc Chauveau, nous avons rapidement convenu, de façon unanime, que nous ne souhaitions pas déposer de projet pour accueillir la fête régionale», explique Évelyne Beaudin, coordonnatrice du comité.

«Notre fête est une fête de quartier à échelle humaine destinée aux familles et nous souhaitons conserver ce caractère distinctif.»

Rappelons que la SNE veut changer les règles du jeu pour l’attribution de l’aide financière accordée en vue des célébrations du 24 juin 2019. Ainsi, l’événement dit régional, qui a traditionnellement lieu dans au parc Jacqes-Cartier, sera dorénavant offert à l’organisme ou à la municipalité de l’Estrie qui présentera un projet jugé le plus méritoire.

Avec l’enveloppe budgétaire de près de 25 000 $ dévolue aux événements régionaux — au lieu de l’enveloppe de 5000 $ des événements locaux —, le rayonnement dans le cahier de programmation provincial et le soutien organisationnel de la SNE qui l’accompagnent.

Lorsque questionné par La Tribune, le maire de Sherbrooke Steve Lussier avait laissé entendre que ces deux fêtes sherbrookoises pourraient « prendre le relais » en cas de disparition de la fête nationale au parc Jacques-Cartier.

Évelyne Beaudin

Le comité ajoute qu’il souhaite que la Ville de Sherbrooke fasse tout ce qui est en son pouvoir pour préserver la fête nationale au parc Jacques-Cartier, ajoute Mme Deaudin, qu’on connaît aussi comme conseillère municipale.

« Il y a 25 ans, il y avait plusieurs activités à Sherbrooke pour célébrer la fête nationale du Québec. Avec le temps, elles ont disparues les unes après les autres. Nous-mêmes au parc Olivier-Chauveau, nous nous questionnons à chaque année sur nos capacités à organiser une nouvelle édition», dit-elle dans un document signé par sept autres membres du comité organisateur.

«Tout dépend du recrutement de bénévoles organisateurs, ce qui est de plus en plus difficile. Aujourd’hui, c’est au tour de la fête au parc Jacques-Cartier d’être menacée de disparaître.»

Miville Marois, vétéran organisateur de la fête nationale au parc Chauveau, croit pour sa part que la Ville de Sherbrooke doit soutenir davantage les organisations.

 « Nous souhaitons améliorer notre organisation à chaque année : devenir un événement plus vert, offrir des choix alimentaires bons pour la santé, avoir un site accessible aux personnes à mobilité réduite, engager une firme pour assurer la sécurité des participants et participantes, mais pour cela, il faudrait revoir le soutien financier offert par la Ville», estime-t-il.

«Depuis 2007, le montant n’a pas changé. Nous recevons 1100$ de la Ville en contribution et 1100$ en services, ce qui est loin d’être suffisant pour couvrir nos frais. »